Pessimistes, les Terriens ? Plutôt : près de 15% d'entre eux pensent faire de leur vivant l'expérience de la fin du monde, et ils sont près de 10% à penser, conformément à la prophétie maya, qu'elle pourrait se produire en décembre prochain. C'est en tout cas ce qu'affirme un sondage Ipsos pour l'agence Reuters publié mardi 1er mai.

Les Français plutôt confiants, plus d'un Turc sur cinq inquiet

Mais l'enquête, menée dans 21 pays auprès de 16 262 personnes, met en lumière de fortes fluctuations entre les nations : les Français sont les moins enclins à penser que l'apocalypse adviendra de leur vivant (6% seulement), suivis des Belges et des Britanniques (7%). 

A l'inverse, ils sont 22% en Turquie et aux Etats-Unis et à peine moins en Afrique du Sud et en Argentine à penser qu'ils vivront la fin du monde. Le sondage souligne également que les catégories à faible niveau d'éducation, les foyers à bas revenus et les moins de 35 ans sont les plus enclins à penser qu'ils vivront l'apocalypse.

La prophétie maya inquiète une personne sur dix

"Qu'elle soit l'œuvre de la main divine, d'une catastrophe naturelle ou d'un événement politique, quelle qu'en soit la raison, une personne sur sept pense que la fin du monde arrive", souligne Keren Gottfried, d'Ipsos Global Public Affairs. "Peut-être est-ce à cause de l'attention médiatique accordée à l'une des interprétations de la prophétie maya", ajoute-t-elle.

Le calendrier maya, qui court sur 5 125 ans, s'achève ainsi le 21 décembre prochain. Pour certains, c'est le signe qu'à cette date s'achèvera aussi l'histoire de la Terre. Et pour une personne sur dix, cette prophétie maya est source d'angoisse et de peur.