Après sa main aux fesses sur un fan de cosplay, le journaliste de BFMTV admet un geste "un peu décalé"

Certains amateurs de déguisements dénoncent une agression sexuelle commise à l'encontre d'un visiteur costumé, après un geste déplacé d'un journaliste de la chaîne.

Dans son reportage à la Comic-Con, diffusé dimanche 25 octobre 2015 par BFMTV, le journaliste Rémi Perrot touche les fesses d\'un participant.
Dans son reportage à la Comic-Con, diffusé dimanche 25 octobre 2015 par BFMTV, le journaliste Rémi Perrot touche les fesses d'un participant. (BFMTV)
avatar
Vincent MatalonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"T'es mignonne, toi." Un reportage diffusé dimanche 25 octobre sur BFMTV au sujet de la Comic-Con, convention dédiée à la pop culture qui se tenait le même week-end à Paris, a fait bondir des dizaines de fans de cosplay. On y voit le journaliste de la chaîne s'approcher d'un Américain costumé en super-héros, et lui mettre une main aux fesses.

ENGLISH BELOWNous dénonçons fortement l'attitude d'un journaliste de BFMTV, Rémi Perrot qui durant son reportage sur...

Posted by Costume Player on Sunday, October 25, 2015

Cette séquence de quelques secondes a fait bondir les amateurs de déguisements sur la page Facebook de "Costume Player", émission spécialisée diffusée sur la chaîne NoLife. Certains ont même alerté le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), dénonçant une "agression sexuelle".

"Les cosplayers ne sont pas des figurines géantes !"

"Voilà tout ce contre quoi on lutte depuis des années dans le milieu du cosplay !" explique à francetv info Grégory Santos, ancien membre de l'équipe de "Costume Player", qui a été l'un des premiers à relayer l'extrait polémique. "Ce genre d'action n'est pas rare, on en entend parler à chaque convention, qu'il s'agisse de mains baladeuses sur des cosplayeuses ou de costumes abîmés ou détruits par des visiteurs qui cherchent à vérifier si le déguisement est solide."

"Certains croient que parce que les cosplayers sont déguisés, ils sont déshumanisés. Et cela leur donnerait le droit de commettre des actes invasifs. Mais ceux qui participent à ces événements ne sont pas des figurines géantes !" ajoute Grégory Santos, pour qui "jamais ce journaliste ne se serait permis de faire la même chose à une personne non-costumée". Dans certains événements similaires, comme la Comic-Con de New York, explique-t-il, des panneaux sont parfois installés pour rappeler aux visiteurs que "le déguisement ne veut pas dire consentement".

 

Spotted during setup at New York Comic-Con. Kudos to them!

Posted by Cosplay is NOT Consent on Tuesday, October 7, 2014

"Je ne voulais nuire à personne"

Contacté par francetv info, le journaliste de BFMTV Rémi Perrot semble un peu dépassé par les réactions des internautes. "J'ai appris cela en me levant ce matin, et j'ai été très surpris", raconte-t-il, expliquant n'avoir eu "à aucun moment l'intention de nuire à qui que ce soit". "J'avais repéré ce participant dans les allées, nous avions brièvement discuté avec lui, et il était finalement très content de passer sur une télévision française."

Il justifie son geste par le ton "un peu décalé" de sa rubrique sur la chaîne d'information. "Au moment d'effectuer le montage du sujet, j'ai montré cette séquence à des amis, qui ont trouvé cela drôle. J'ai décidé de la garder."

Contacté par Buzzfeed France, l'Américain déguisé que l'on voit sur les images explique ne pas avoir été prévenu du geste de Rémi Perrot. "Quand vous vous déguisez, les gens essaient toujours de vous toucher sans permission et c’est nous, cosplayers, qui devons mettre des limites, juge-t-il. Je ne dis pas que c’est OK de faire ce genre de choses, mais, pour moi, ce n’est pas si grave que ça, ce n’est pas comme s’il l’avait fait méchamment."

"Il aurait dû réaliser qu'il donnait un mauvais exemple"

Les explications du journaliste ne convainquent en tout cas pas Cyril Lambin, salarié de la chaîne NoLife, qui a envoyé un signalement au CSA. "Qu'il ait trouvé ça drôle, c'est justement le problème !" s'agace-t-il, joint par francetv info. "En tant que journaliste, surtout pour une chaîne aussi importante que BFMTV, il aurait dû réaliser que son comportement donnait un mauvais exemple. Car même s'il est effectué sur un homme, il s'agit d'une agression sexuelle : jamais BFMTV n'aurait dû valider cette séquence avant diffusion."

Cyril Lambin, qui dit également envisager de signaler l'affaire au procureur de la République, aimerait que la chaîne présente des excuses pour avoir diffusé cette scène. Interrogé à ce sujet, Rémi Perrot confie qu'il ne l'aurait pas conservée au montage s'il avait imaginé de telles réactions. Quant à formuler des regrets, il dit "devoir y réfléchir".