Canular homophobe d'Hanouna : une amende de 3 millions d'euros infligée à C8, "ce n'est pas une lourde sanction, c'est pour marquer le coup"

Pascal Lechevallier, président d'une agence de conseil médias numériques a réagi mercredi à l'amende de trois millions d'euros infligée à C8 par le CSA. Selon lui, "la chaîne n'est pas en danger. "

Cyril Hanouna et son public, le 13 octobre 2014. 
Cyril Hanouna et son public, le 13 octobre 2014.  (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a infligé une amende de trois millions d'euros à C8 et l'émission de Cyril Hanouna Touche pas à mon poste, à la suite du canular homophobe. La chaîne a fait état, dans un communiqué, publié mercredi 26 juillet du "caractère disproportionné" de la sanction et a renouvelé "son incompréhension relative à l'acharnement du CSA sur son programme-phare". C8 a annoncé que "des recours seront lancés" à la suite de cette décision.

Pour Pascal Lechevallier, président de What's Hot, agence de conseil médias numériques, le préjudice est léger. "Je ne pense pas que la chaîne soit mise en danger par cette décision". "C8 s'y retrouve (...) Cela a fait beaucoup de buzz, les journaux s'en sont tout de suite emparés." a-t-il estimé, ajoutant que ce n'était pas une perte pour l'image de la chaîne.

franceinfo : Le CSA a infligé une amende à la chaîne plutôt qu'une suspension d'antenne de Cyril Hanouna, êtes-vous surpris ?

Pascal LechevallierFinalement pas tellement, dans la mesure où le CSA avait déjà décidé une première sanction en obligeant C8 à supprimer la publicité pendant la diffusion de l'émission. Dans le cadre de l'article 42, de la loi de 1986, le CSA dispose d'une sanction pécuniaire qui ne peut excéder 3% du chiffre d'affaires hors taxe. Une sanction qui touche directement au portefeuille de C8. Ensuite, le CSA peut toujours prendre d’autres sanctions et une nouvelle sanction financière en cas de récidive qui peut grimper à 5% du chiffre d'affaires.

La chaîne s'en sort-elle plutôt bien ?

Oui, C8 a déposé un recours au Conseil d'État en disant que le préjudice subi atteignait 13 millions d'euros. Cela reste évidemment à prouver puisque les tarifs publicitaires et le chiffre d'affaires ne sont connus que par C8. Dans tous les cas, par rapport au chiffre d'affaires de C8 estimé à cent millions, 3% est une sanction, certes, mais ce n'est pas une lourde sanction. C'est pour marquer le coup. Comme l'a dit Olivier Schramek devant la commission de l'Assemblée nationale, en prenant cette sanction, le CSA essaie de rentrer dans un cycle pédagogique et pas forcément que punitif. Je ne pense pas que la chaîne soit mise en danger par cette décision (...). Le CSA n'a pas les moyens de retirer un homme, il peut le faire par rapport à une émission (...) mais il est difficile de demander le retrait total de Cyril Hanouna. (...).

C8 s'y retrouve-t-elle tout de même grâce à la publicité faite autour de la chaîne et de l'émission ?

Bien sûr, C8 s'y retrouve. Beaucoup avaient souligné que le fait de supprimer la publicité au mois de juin avait donné plus de temps d'antenne à Cyril Hanouna. Cela a fait beaucoup de buzz, les journaux s'en sont tout de suite emparés. Du point de vue des professionnels, c'est négatif, mais au niveau du public, cela relance l'attrait de l'émission qui atteint la plupart du temps plus d'un 1,5 millions de spectateurs. Cyril Hanouna continue de rapporter à la chaîne et reste le phare de la chaîne et l'ambassadeur de C8. Trois millions, c'est pertes et profits pour la chaîne, mais je ne pense pas que ce soit le cas en termes d'image.