Vincent Bolloré, propriétaire de Canal+, négocierait le rachat de BeIN Sports

Selon un proche du dossier, une autre option a été évoquée : négocier un accord de diffusion qui réserverait les chaînes de BeIN Sports aux abonnés de Canal+.

Le logo de la chaîne BeIN Sports sur le stand du groupe dans un salon à Monte Carlo (Monaco), le 8 octobre 2014.
Le logo de la chaîne BeIN Sports sur le stand du groupe dans un salon à Monte Carlo (Monaco), le 8 octobre 2014. (ERIC GAILLARD / REUTERS)

Mis à jour le , publié le

Ces dernières années, Canal+ a perdu du terrain sur le marché du sport : en novembre, la perte des droits du football anglais avait marqué les esprits. Mais Vivendi, propriétaire de la chaîne, a peut-être une solution. Le groupe dirigé par Vincent Bolloré négocierait, avec le fonds souverain du Qatar, le rachat de son concurrent BeIN Sports, selon une source proche du dossier citée par l'AFP, confirmant une information de Libération, jeudi 28 janvier.

"Les discussions sont en cours depuis plus d'un mois" et un accord pourrait être acté "fin février ou début mars", selon la source de l'AFP. Ni BeIN Sports ni Vivendi n'ont confirmé officiellement l'existence de ces pourparlers.

Free et Orange seraient aussi sur les rangs

Pour un expert cité par Libération, cette opération permettrait à Canal+ de retrouver une offre de programmes sportifs plus conséquente, mais libérerait également BeIN Sports de chaînes qui ne sont pas rentables. Canal+ et BeIN Sports sont, notamment, les deux diffuseurs exclusifs du championnat de France de football.

Deux solutions seraient envisagées. Vivendi pouraît racheter les chaînes françaises de BeIN Sports, d'une valeur évaluée à 500 millions d'euros. Une somme qui pourrait être payée en actions : les Qataris entreraient alors au capital de Canal+ à hauteur de 8%.

Mais Vivendi pourrait se contenter de négocier un accord pour la distribution exclusive des chaînes de BeIN Sports. Elles seraient alors réservées aux abonnés de ses bouquets Canal+ et CanalSat. Vivendi aurait des concurrents : selon un négociateur cité par Libération, Orange et Free sont aussi intéressés par la diffusion exclusive de BeIN Sports. De telles fusions devraient cependant être validées par l'Autorité de la concurrence.