Nouilles dans le slip, plaintes pour menaces : Hanouna et "Touche pas à mon poste" au centre des critiques

L'émission de D8 et son présentateur font l'objet de plusieurs controverses depuis quelques semaines. Francetv info rembobine les différentes affaires.

Cyril Hanouna dans les studios d\'Europe 1, à Paris, le 3 septembre 2014.
Cyril Hanouna dans les studios d'Europe 1, à Paris, le 3 septembre 2014. (MARTIN BUREAU / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Il y en a qui vivent très bien la surmédiatisation, mais pas moi." Bertrand Chameroy, chroniqueur de l'émission "Touche pas à mon poste" sur D8, a annoncé, mardi 8 mars, qu'il quittait provisoirement Cyril Hanouna et son équipe. Ce départ survient après plusieurs semaines de critiques visant le programme qui réunit chaque soir entre 1 et 1,7 million de téléspectateurs et qui a battu son record lundi 29 février avec 1,9 million d'adeptes. Francetv info revient sur les affaires qui s'accumulent depuis quelques semaines autour de l'émission et de son présentateur.

Le départ de Bertrand Chameroy

"Je ressens moins de plaisir et je suis gêné par les articles et tout ce qu'il y a autour. Et je veux prendre du recul." C'est la gorge serrée que le jeune chroniqueur de 27 ans fait savoir, mardi soir, en direct, qu'il arrêtait temporairement ses activités auprès de Cyril Hanouna, d'Enora Malagré et Mathieu Delormeau.

Lors de cette annonce, Cyril Hanouna a laissé entendre que ce départ était lié aux attaques venues d'autres médias (notamment du magazine Society) visant son émission.

L'enquête à charge de "Society"

Parmi les attaques ciblant "Touche pas à mon poste", la dernière en date, une enquête de huit pages publiée dans le magazine Society, a particulièrement marqué. Un chroniqueur anonyme s'y plaint de l'ambiance en coulisses. Il déclare notamment que "chaque soir, on y va en traînant les pieds". Ou encore : "Il [Cyril Hanouna] me disait 'T’as rien compris, t’es qu’une merde, si t’es pas content je te vire demain, c’est moi le vrai roi du groupe Canal !'"

Une enquête que n'a pas digérée le présentateur. Il a réagi sur Twitter, puis directement dans l'émission. L'animateur a convoqué, lundi, les quatorze chroniqueurs de l’émission, afin qu’ils décrédibilisent en bloc l’enquête de Society (vers la 55e minute). "On sort d’ici en ayant mal à la mâchoire tellement on se marre", assure Jean-Michel Maire. "Le gars, c’est un ouf dans la vie, c’est notre pote. Il n'a pas changé et il n’a lâché aucun d’entre nous", renchérit Enora Malagré.

L'affaire des cadeaux en retard

De son côté, TéléObs a publié une enquête le 3 mars montrant que certains téléspectateurs qui avaient gagné des cadeaux ne les avaient jamais reçus. "Moi, ce que j'en pense, c'est que monsieur Hanouna devrait tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de dire n'importe quoi pour l'audimat et de passer pour un saint !" dit une gagnante toujours dans l'attente de son lot.
"Quand on cherche, on finit toujours par trouver quelque chose. Mais c'est désespérant, il est sans cesse la cible de critiques. Ces dysfonctionnements sont marginaux. Et, pour la plupart, réglés", avait commenté l'attachée de presse de Cyril Hanouna. Un proche de l'animateur reconnaissait des "bugs" dans l'acheminement des cadeaux, expliquant qu'il "n'y a quasiment qu'une personne pour s'occuper de la gestion des cadeaux, alors qu'il faudrait une vraie structure. Le succès nous dépasse mais il y a zéro malhonnêteté."

La plainte contre Hanouna pour menaces

Le Canard enchaîné affirme, dans son édition du 17 février, que le présentateur fait l'objet d'une plainte pour "menaces de violences physiques". Elle a été déposée le 8 février dernier par l'humoriste Julien Cazarre. Selon l'hebdomadaire, le chroniqueur de Canal+ Sport a reçu des appels malveillants de "Cyril Hanouna et compagnie" après avoir refusé de travailler dans "Touche pas à mon sport", la nouvelle émission quotidienne d'Estelle Denis sur D8. Julien Cazarre a fini par retirer sa plainte.
L'hebdomadaire en remet une couche la semaine suivante. Il écrit que Cyril Hanouna a également menacé Arnaud Ramsay, journaliste à France Football et chroniqueur à i-Télé, pour avoir écrit sur Twitter : "En ce temps de dictature médiatique, Julien Cazarre a osé dire 'non' à Hanouna." "On va s’expliquer, je vais venir te défoncer, tu ne sais pas qui je suis, tu vas avoir de gros problèmes", lui aurait alors dit le présentateur au téléphone. L'entourage du journaliste a précisé à L'Express qu'Arnaud Ramsay avait simplement témoigné au commissariat, mais qu'aucune plainte n'avait été déposée. 

La une de "Charlie Hebdo"

"Pire que Zika, Hanouna, le virus qui rend con" : la une de l'hebdomadaire satirique daté du 10 février fait une caricature au vitriol de l'animateur de l'émission.

La couverture de \"Charlie Hebdo\" du mercredi 10 février 2016.
La couverture de "Charlie Hebdo" du mercredi 10 février 2016. (CHARLIE HEBDO)

Piquée au vif, l'animateur a réagi en se déguisant en moustique pour distribuer des numéros de Charlie Hebdo dans la rue. Mais il a fini par lâcher : "Ce que j'en pense les chéris, c'est qu'il faut rigoler, il faut se marrer."

Les nouilles dans le slip de Mathieu Delormeau

Dans l'émission du 25 janvier, Cyril Hanouna glisse des nouilles dans le slip du chroniqueur Mathieu Delormeau. Une séquence qui indigne le journaliste Bruno Donnet de France Inter. Dans "Après-coup", sa chronique médias hebdomadaire, il s'indigne et estime que Mathieu Delomeau "ne cesse de se faire sadiser" par ses camarades à grand renfort d’humiliations "sans précédent dans l’histoire de la télévision".

Cyril Hanouna et ses chroniqueurs ont répliqué, à leur manière, en traitant celui qui avait osé critiquer leur émission de "coincé du cul [...] qui ne comprend pas les jeunes".