Canal + a perdu près de 500 000 abonnés en un an

Selon le président du directoire de Vivendi, 2016 a été une année "de transition". La chaîne cryptée ne comptait plus que 5,25 millions d'abonnés à la fin de 2016.

Le président du directoire de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, estime que \"2017 sera une année de croissance\" pour le groupe.
Le président du directoire de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, estime que "2017 sera une année de croissance" pour le groupe. (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le chiffre d'affaires de Canal+ France a chuté de 6,1% en 2016. La raison ? La perte de 492 000 abonnés sur l'année. Ils n'étaient plus que 5,25 millions à la fin 2016, a annoncé Vivendi en publiant ses résultats, jeudi 23 février. 

Le groupe de médias et de contenus a déclaré un bénéfice net en recul de 35% à 1,256 milliard d'euros pour 2016. Alors que sa filiale Canal+ France a continué à perdre des abonnés et à creuser sa perte opérationnelle, la filiale progresse à l'international.

Une "année de transition"

2016 a été "une année de transition", a expliqué le président du directoire de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, au cours d'une conférence pour les analystes. "Après avoir posé des fondations au cours de deux dernières années, 2017 sera une année de croissance", a-t-il prédit. 

Vivendi compte remonter la pente cette année et a annoncé un objectif de progression de 5% de son chiffre d'affaires et de 25% de son résultat opérationnel ajusté (Ebita). Le groupe dirigé par Vincent Bolloré a affiché un chiffre d'affaires quasi-stable en 2016 (+0,5%) à 10,819 milliards d'euros, pour un Ebita en recul de 23,2% à 724 millions d'euros.

Les ventes d'Universal Music Group progressent

Si sa filiale de musique enregistrée Universal Music Group (UMG) continue à engranger des ventes en progrès de 3,1%, le recul de Canal+ se poursuit, ce dernier cédant 4,7% à cause de ses activités de télévision en France et de Studiocanal (-24%). Canal+ France a ainsi creusé sa perte opérationnelle à 399 millions l'an dernier, après une perte de 264 millions d'euros enregistrée en 2015.

En avril, Stéphane Roussel, le directeur général en charge des opérations de Vivendi, avait dit craindre une perte opérationnelle de "plus de 400 millions d'euros" pour la France si le groupe ne réagissait pas.