VIDEOS. Michel Leeb à son tour accusé d'avoir copié des humoristes américains

Plutôt qu'un plagiat, l'humoriste français préfère y voir un "hommage", des influences et des sources d'inspirations.

L\'humoriste Michel Leeb, le 22 mai 2017, sur la scène du festival Aux Actes Citoyens, à Tomblaine (Meurthe-et-Moselle).
L'humoriste Michel Leeb, le 22 mai 2017, sur la scène du festival Aux Actes Citoyens, à Tomblaine (Meurthe-et-Moselle). (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Après Tomer Sisley, Gad Elmaleh, Jamel Debbouze, Malik Bentalha ou encore Arthur, c'est au tour de Michel Leeb d'être épinglé pour plagiat par la chaîne YouTube CopyComic, jeudi 9 novembre. Deux vidéos montrent les nombreux emprunts de l'humoriste, qui fête actuellement ses quarante ans de carrière, à ses prédécesseurs américains.

Comme l'attestent ces montages, des créations de Victor Borge, Lee Evans ou Jerry Lewis ont été repris presque au mot près par le comique français dans plusieurs de ses sketchs, comme "La Ponctuation", "La Machine à écrire", "La Musique virtuelle", entre 1984 et 2011. 

Le spectacle "Hilarmonic Show", lancé en 2010 et dans lequel Michel Leeb dirige avec fantaisie un orchestre philharmonique, reprend lui aussi les gags d'un show de Danny Kaye.

"C’est vrai que je me suis inspiré de beaucoup d’artistes"

Contacté par Le Monde, l'humoriste septuagénaire se défend de tout plagiat mais confesse des influences et des sources d'inspiration. "J’ai une passion pour les shows américains que j’ai découverts quand mon père vivait aux Etats-Unis dans les années 1975-1980", plaide-t-il. 

Michel Leeb préfère ainsi parler d’"un hommage à Danny Kaye". "J’ai trouvé cela génial et je me suis inspiré de cet univers en y ajoutant ma créativité personnelle", argue-t-il. De même, à propos des bruitages de victor Borge : "Je reconnais complètement que j’ai repris son idée", dit-il au Monde. 

"C’est vrai que je me suis inspiré de beaucoup d’artistes, mais quand ce n’est pas de moi, je le dit", assure-t-il. Quant aux droits d'auteur, il l'assure : "J’ai toujours recherché la paternité des sketchs. Celui de Borge n’est pas répertorié par la Sacem, quant à celui de Jerry Lewis, je paye les droits de la musique."