La grotte Chauvet, une caverne magique

Vendredi 10 avril, la réplique de la grotte Chauvet ouvre au public. Mais les équipes de France 2 ont pu pénétrer dans la grotte originale, en Ardèche.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Dans les falaises du cirque d'Estre, il aura fallu 25 minutes d'ascension aux journalistes de France 2 pour atteindre l'entrée de la grotte Chauvet, découverte en 1994 par Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel-Deschamps et Christian Hillaire, des spéléologues amateurs. Il s'agit ici de l'original, alors qu'une réplique ouvrira ses portes vendredi 10 avril.

Elle est surveillée par sept caméras et dotée d'une porte blindée. Avant d'y pénétrer, il est nécessaire d'enfiler des combinaisons stériles pour ne pas contaminer l'environnement. À l'intérieur de la grotte, la température descend à 13 degrés. La journaliste Valérie Gaget dit avoir le sentiment "de pénétrer un autre monde, silencieux et magique".

Sur la roche, le bestiaire de la préhistoire

Sur une paroi, l'homme des cavernes a laissé sa signature à l'ocre rouge. Sur un rocher, un mammouth apparaît, formé de points tracés avec la paume de la main. Lions, panthères, ours, rhinocéros, tous les animaux qui peuplaient la région durant l'ère glacière sont représentés.

Les artistes de la préhistoire ont utilisé les reliefs et les arêtes de la pierre pour donner vie à leurs œuvres. Sur plus de 70 mètres carrés s'étend un véritable chef-d'œuvre, une scène de chasse où des lions coursent un troupeau de rhinocéros. Et l'on s'aperçoit que 30 000 ans avant notre ère, à Chauvet, on maîtrisait déjà les techniques de l'estompe, du détourage, de la perspective, de la projection de couleur ou de la gravure...

Le JT
Les autres sujets du JT
A la fin du parcours, le visiteur fasciné découvre les œuvres les plus monumentales de la grotte, tracées d'un coup, sans aucune rature par les Aurignaciens et reproduites parfaitement par les peintres.
A la fin du parcours, le visiteur fasciné découvre les œuvres les plus monumentales de la grotte, tracées d'un coup, sans aucune rature par les Aurignaciens et reproduites parfaitement par les peintres. (JEROMINE SANTO GAMMAIRE / FRANCETV INFO )