"On me traite comme une criminelle" : une youtubeuse gothique accuse le Louvre de l'avoir refoulée à cause de son apparence

Le musée s'est excusé pour l'incident, causé par les "les mesures de sécurité décidées par les autorités françaises pour assurer la sûreté des visiteurs".

Le musée du Louvre allume ses lumières pour la nuit, le 7 janvier 2017 à Paris.
Le musée du Louvre allume ses lumières pour la nuit, le 7 janvier 2017 à Paris. (MANUEL COHEN / MANUEL COHEN)
avatar
Camille AdaoustFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le musée faisait partie du programme de leurs vacances. "Visiter le Louvre, c'était l'une des raisons pour lesquelles on est venus à Paris, avec mon mari", explique la youtubeuse gothique anglaise Black Friday à franceinfo. Mais lorsqu'ils se présentent devant l'établissement, mercredi 18 janvier, tout ne se passe pas comme prévu. "Avant même qu'on atteigne l'entrée, un agent de sécurité nous a vus et a secoué la tête, raconte-t-elle. On nous a dit qu'il n'était pas possible de rentrer à cause de notre apparence."

Je pense que les visiteurs du Louvre sont plus intéressés par les œuvres d'art que par un couple de touristes au look étrange.

Black Friday

à franceinfo

Les raisons invoquées ? "Nous attirerions trop l'attention des gens, qui voudraient prendre des photos avec nous, rapporte Black Friday. Mais quand s'arrêtera la discrimination ?" Selon elle, le musée célèbre l'excentricité et les gens créatifs et ne devrait donc pas rejeter "une personne à l'apparence justement créative". Déçue, la jeune femme a publié la nouvelle sur Facebook avec le message "Devinez qui vient de se faire refuser l'entrée au Louvre pour avoir une apparence trop bizarre ?" Elle a depuis reçu de nombreux commentaires de soutien de certains de ses 440 000 abonnés.

Une mesure de sécurité, d'après le Louvre

Face à la polémique, le Louvre a rapidement répondu. Sur Facebook, le service communication du musée explique, tout en s'excusant pour l'incident, que le monument applique simplement "les mesures de sécurité décidées par les autorités françaises pour assurer la sûreté des visiteurs". Une réponse qui ne satisfait pas du tout Black Friday. "Je comprends tout à fait les mesures de sécurité, vraiment. Mais je ne portais rien de dangereux et ne représentais pas plus de danger qu'un sachet de petits pois", raille-t-elle.

Par la suite, le Louvre a modifié sa version. "Black Friday est une personnalité publique connue. En général, nous accueillons ce genre de personnes dans des conditions particulières pour éviter tout mouvement de foule, explique le musée à franceinfo. Elle a été reconnue par la foule et les gens commençaient à prendre des selfies."

Le musée s'engage donc à lui proposer une visite spécifique. "Ils n'avaient aucune idée de qui j'étais et n'ont pas du tout parlé d'une visite privée, répond Black Friday. Et puis, je ne suis qu'une youtubeuse, pas une célébrité !"

"On n'a rien fait de bizarre ou d'irrespectueux !"

L'épisode n'est pas anecdotique, d'après la jeune femme. Quelques heures plus tard, elle subit une nouvelle déconvenue au cimetière du Père-Lachaise, dans le 20e arrondissement parisien. "Pendant notre visite, des agents sont venus nous demander de vérifier les photos que nous prenions", raconte-t-elle. Cette fois, l'affaire va plus loin, d'après Black Friday.

A la fermeture du cimetière, la sécurité insiste. "On a été emmenés dans leur bureau. Ils n'arrêtaient pas de dire qu'ils allaient prévenir la police. Ils ont voulu regarder toutes les photos qui se trouvaient sur mon appareil. C'était très embarrassant", relate-t-elle.

Une femme a mentionné que nos vêtements et nos bijoux étaient offensants.

Black Friday

à franceinfo

Le couple réussit finalement à partir. "On n'a rien fait de bizarre ou d'irrespectueux !", se défend-elle. Contacté, le cimetière du Père-Lachaise a renvoyé vers la mairie de Paris, qui n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Ce n'est pas la première fois que Black Friday assure avoir à faire face à un tel comportement. Une telle mésaventure lui est déjà arrivée à l'ossuaire de Sedlec, en République tchèque, explique-t-elle. "C'est très offensant et énervant de voir qu'on ne me fait pas confiance, qu'on me traite comme une criminelle, juste à cause de ma façon de m'habiller !" La youtubeuse espère tout de même visiter le Louvre lors de sa prochaine visite.