Le prix Goncourt attribué à Eric Vuillard pour "L'Ordre du jour", le Renaudot à Olivier Guez pour "La Disparition de Josef Mengele"

Les lauréats des deux plus prestigieux prix littéraires français ont été révélés au restaurant Drouant, non loin de l'opéra de Paris, lundi. 

Eric Vuillard (à gauche), prix Goncourt 2017 pour \"L\'Ordre du jour\", et Olivier Guez, prix Renaudot 2017 pour \"La Disparition de Josef Mengele\". 
Eric Vuillard (à gauche), prix Goncourt 2017 pour "L'Ordre du jour", et Olivier Guez, prix Renaudot 2017 pour "La Disparition de Josef Mengele".  (FRANCEINFO / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils succèdent à Leïla Slimani et Yasmina Reza. Eric Vuillard est le lauréat du prix Goncourt 2017 pour son livre L'Ordre du jour (Actes Sud), a annoncé l'académie Goncourt, lundi 6 novembre. Le prix Renaudot a, quant à lui, été attribué à Olivier Guez pour son roman La Disparition de Josef Mengele (Grasset). 

Le Goncourt sur l'ascension d'Hitler 

Les résultats ont été dévoilés, lundi, au restaurant Drouant, non loin de l'opéra de Paris. Au total, quatre écrivains étaient en lice pour décrocher le prix Goncourt, réputé pour être la récompense la plus prestigieuses de la littérature francophone. Les trois autres finalistes étaient Yannick Haenel, 50 ans, pour Tiens ferme ta couronne (Gallimard), Véronique Olmi, 55 ans, pour Bakhita (Albin Michel) et Alice Zeniter, 31 ans, pour L'Art de perdre (Flammarion).

Dans L'Ordre du jour, Eric Vuillard, retrace de façon saisissante l'arrivée au pouvoir d'Hitler, raconte l'Anschluss et dissèque le soutien sans faille des industriels allemands à la machine de guerre nazie.

Le gagnant du Goncourt ne reçoit qu'un chèque de 10 euros, mais l'enjeu est autrement plus important. Chaque année, le vainqueur rencontre un impressionnant succès en librairie. Son roman s'écoule, selon les années, de 200 000 à 500 000 exemplaires. 

Le Renaudot pour la fuite du médecin d'Auschwitz

L'annonce du prix Renaudot a été faite dans la foulée par Frédéric Beigbeder, qui préside cette année le jury de la célèbre récompense littéraire. Dans La Disparition de Josef Mengele, Olivier Guez raconte, sous la forme d'une fiction documentée, la fuite en Amérique latine du médecin SS Josef Mengele. 

Olivier Guez succède à Yasmina Reza, qui avait gagné le prix l'année dernière pour son roman Babylone (Flammarion). Quatre autres finalistes étaient en lice : l'écrivain (et peintre) marocain Mahi Binebine (Le Fou du roi, Stock), le primo-romancier David Lopez (Fief, Seuil), Patricia Reznikov (Le Songe du photographe, Albin Michel) et Anne-Sophie Stefanini (Nos années rouges, Gallimard).