Pourquoi le disque vinyle fait un retour en grâce

Ses ventes au Royaume-Uni ont atteint cette année leur meilleur niveau depuis dix ans, annonce jeudi le BPI, qui représente l'industrie musicale britannique.

Une platine vinyle dans une rue de Moscou (Russie), le 21 août 2013.
Une platine vinyle dans une rue de Moscou (Russie), le 21 août 2013. (VLADIMIR PESNYA / RIA NOVOSTI / AFP)
avatar
Louis SanFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Du jamais-vu depuis dix ans. Au Royaume-Uni, les ventes de disques vinyles ont atteint cette année leur meilleur niveau depuis 2003, annonce le BPI, qui représente l'industrie musicale britannique, jeudi 17 octobre. Près de 550 000 galettes noires ont été écoulées depuis le début 2013, ce qui représente le meilleur score pour toute une année depuis 2003. Si cette tendance se poursuit jusqu'en décembre, les ventes pourraient dépasser les 700 000 exemplaires, le meilleur chiffre annuel depuis 2001.

Cette tendance n'est pas que britannique. Elle est valable en France comme ailleurs dans le monde. "Le vinyle représentait à peine 30% du chiffre d'affaires des disquaires en 2009, aujourd'hui le pourcentage tourne entre 70% et 80% ! On voit la même chose à Los Angeles (Etats-Unis)", a rappelé au Monde David Godevais, directeur du Club action des labels indépendants français (Calif), organisateur du Disquaire Day, plus connu à l'international sous le nom de Record Store Day. Francetv info détaille trois raisons qui expliquent le retour de ce produit que l'on croyait mort et enterré.

1L'objet est précieux

Le vinyle attire les collectionneurs. "C'est typiquement le genre de produit qu'on garde", a souligné à 20minutes.fr Laurent Journo, organisateur du salon du Vintage à Paris, en juin.

"Le CD est bientôt mort, c'est nul, c'est un mauvais produit sur un mauvais plastique qui ne résiste pas au temps", accusait en 2009, auprès de Numerama, Grégory, fondateur de Toon'Z Shop, site spécialisé dans la vente de vinyles sur internet. "Le MP3, c'est du virtuel. Le vinyle c'est le dernier objet qui tient dans le temps, c'est du vintage, c'est devenu un objet collector que les passionnés ont envie d'avoir chez eux."

"La consommation de vinyles (...) correspond à l'envie du public de se rabattre sur un support qu'on ne peut pas reproduire facilement, doté d'une belle pochette, ce qui en fait un objet presque unique", expliquait au Figaro Philippe Thieyre, grand collectionneur et ancien disquaire, en 2008.

2Le son est plus chaleureux

Pour Laurent Journo, "le vinyle revient parce qu'on en a marre de la musique compressée". Avis partagé par le Journal du Dimanche, qui écrit que l'acheteur de galettes noires "aime retrouver d’abord la qualité sonore unique du vinyle, bien meilleure que le son compressé du numérique".

C'est un retour aux vraies valeurs, pour cet ingénieur du son de Lille (Nord). "Ce qu'on aime bien dans le vinyle, ce sont ses défauts parce que c'est un format qui compresse un peu, qui distord. Et c'est ça qu'on aime, ce son chaleureux", détaille-t-il auprès de CultureBox.

3Les jeunes s'y intéressent

Tous les disquaires le constatent : la nouvelle population d'acheteurs de vinyles est plus jeune. Certains n'ont pas connu l'âge d'or du microsillon. "Avant c'était plutôt du 30 à 40 ans, la clientèle moyenne. Maintenant, c'est plus du 20-40", raconte Stéphane, disquaire, responsable du magasin Spliff. "Ça devient cool d'acheter des vinyles. On en voit à la télé, on en voit dans les séries, on en voit un peu partout donc on a envie d'en acheter, estime-t-il. Certains ne sont pas intéressés par le son, c'est juste que leurs artistes préférés pressent maintenant en vinyle."

Par exemple, le disque vinyle le plus vendu cette année au Royaume-Uni est l'album Random Access Memories du duo français de musique électronique Daft Punk, avec son hit planétaire Get Lucky. Le groupe de rock Arctic Monkeys a aussi contribué à la popularité de ce support, selon le BPI.