Musique : Part Company déploie son univers ultra-référencé au Printemps de Bourges

Aux côtés des grands noms, le Printemps de Bourges laisse la place à des projets plus intimistes. Parmi eux, Part Company, qui déploie sur le festival son univers ultra-référencé.

Au Printemps de Bourges comme à l’autre bout du monde, la musique s’affronte à deux pour Part Company.
Au Printemps de Bourges comme à l’autre bout du monde, la musique s’affronte à deux pour Part Company. (Part Company)
avatar
Yann BertrandfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Placebo, Renaud, Vianney, Jain, Camille : le Printemps de Bourges bat son plein, avec une programmation comme d’habitude particulièrement variée. Car à côté des grands noms, des grands succès populaires, on y trouve la place pour des projets plus intimistes, moins rôdés. C’est le cas par exemple de Part Company : ce duo français commence à faire parler, grâce à un univers ultra-référencé et un son très abouti.

Vivant, rafraîchissant, intemporel 

Part Company a imaginé son premier album, Seasons, sorti le mois dernier, comme une sorte de chronique des mois qui passent… Le résultat, c’est une musique vivante, et rafraîchissante. Il y a aussi un côté intemporel, assumé par Part Company.  "Il y a beaucoup de choses modernes qui ne vieillissent pas très bien, explique Yoël. On les réécoute un an après et ça paraît avoir quinze ans, alors que ça paraissait tellement moderne." Yoël et Damien, donc, sont deux amis de vingt ans, croisés au lycée, puis colocataires d’appartement et de disques, passionnés de musique, du jazz à la pop la plus légère.

Part Company déploie son univers ultra-référencé au Printemps de Bourges
--'--
--'--

 "Le côté âme sœur ? Oui, il y a évidemment des choses sur lesquelles on se comprend bien sur la musique… Mais aussi beaucoup de baston", s’amuse l’un. "... de haine", complète l’autre. À deux voix, toujours, les Part Company ont mis du temps à finaliser ce disque.

Part Company

Il faut dire qu’ils ont rarement été au même endroit au même moment ces dernières années. L’un habitait à Berlin, l’autre à Nice, après la Colombie ou l’Australie. Et si ce son indéfinissable, hors frontières, était un peu dû à ces envies d’ailleurs ? 

Créer la surprise en se confrontant 

"Je crois que ça a apporté quelque chose de positif, estime Yoël. C’est aussi la marge de manœuvre de pouvoir travailler chacun dans son coin, et puis de renvoyer à l’autre une espèce de surprise qu’il n’aurait pas eu forcément s’il l’avait entendue en direct." "Ça permet de mieux apprécier le travail de l’autre. Si l’autre aimait pas, on se le disait par mail", ajoute son compère. Apprécier le temps qui passe, la tournée qui commence, avec le plaisir de retravailler toutes les compositions pour la scène. Au Printemps de Bourges comme à l’autre bout du monde, la musique s’affronte à deux pour Part Company.

Part Company