Le rappeur Orelsan relaxé en appel pour provocation à la violence envers les femmes

Le rappeur Orelsan a été relaxé ce jeudi en appel. Il était rejugé pour injure et provocation à la violence envers les femmes dans plusieurs de ses chansons.

(Le rappeur Orelsan- août 2015 © maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le rappeur Orelsan a été relaxé par la cour d’appel de Versailles ce jeudi. L’artiste était rejugé pour injure et provocation à la violence envers les femmes dans plusieurs textes de ses chansons.

La cour invoque la "liberté d'expression". Elle souligne que "sanctionner" les paroles incriminées "reviendrait à censurer toute forme de création". Les juges ajoutent qu'"une écoute exhaustive et non tronquée de ses chansons permet de réaliser qu'Orelsan n'incarne pas ses personnages, ils sont fictifs". 

À la barre de la cour d'appel en décembre, le rappeur de 33 ans, Aurélien Cotentin de son vrai nom, avait plaidé : "On peut pas faire que des oeuvres qui soient du Walt Disney, quoi ! Il y a la liberté de création !"

Réaction des associations féministes

Des associations féministes avaient porté plainte, mettant en cause certains passages litigieux de ses chansons. Des propos extraits de huit chansons interprétées lors d'un concert en 2009 au Bataclan à Paris. En cause, des expressions comme : "les meufs c'est des putes", "renseigne-toi sur les pansements et les poussettes, j'peux t'faire un enfant et t'casser le nez sur un coup d'tête", "mais ferme ta gueule ou tu vas t'faire marie-trintigner". Des textes graves qui banalisent la violence faite aux femmes selon les associations. 

Véronique Séhier, coprésidente du Planning Familial qui s'était porté partie civile, a dit "*beaucoup regretter ce jugement".

"Il s'agissait d'incitation publique à la violence en raison du sexe. Je défends la liberté d'expression mais là on est dans un cas d'incitation à la haine en raison du sexe". *

Véronique Séhier, coprésidente du Planning familial
--'--
--'--

En première instance, en 2013 à Paris, l'artiste avait été reconnu coupable de "provocation à la violence à l'égard d'un groupe de personnes en raison de leur sexe" et condamné à 1.000 euros d'amende avec sursis.  Les cinq associations féministes qui poursuivaient l'artiste ont cinq jours pour se pourvoir en cassation.

À LIRE AUSSI : Injures aux femmes : le rappeur Orelsan condamné à une amende avec sursis