"L’art est la solution au chaos." En français dans le texte, cette phrase tatouée dans le dos de Frances Bean Cobain n’aurait pu trouver meilleur support. Pour la fille, âgée de 19 ans, de l’icône grunge Kurt Cobain, qui s'est suicidé en avril 1994, et de la rockeuse Courtney Love, chanteuse du groupe Hole, l’art et le chaos s’élèvent en domaines d’expertise.

Le magazine The Fix (lien en anglais), une publication américaine consacrée aux addictions, a révélé, mercredi 2 mai, que la jeune Frances avait ravi à sa mère, fin 2010, les droits publicitaires de son regretté papa, ainsi que le contrôle de son nom et de son image. L’occasion pour FTVi de faire le point sur ce qu'a laissé derrière lui l'inimitable chanteur de Nirvana. 

1/ Une image inestimable 

Implacable génétique, Frances Bean a hérité gratos des yeux bleus et de la bouille enfantine de Kurt. Mais pour ce qui est de son image, la jeune femme s'est payée, grâce aux 37% de l'héritage de Kurt qu'elle a touché à l'été 2010, pour ses 18 ans, un droit de regard sur à peu près tout ce qui touche à son père : droits publicitaires, exploitation de l'image ou simplement du visage de Kurt Cobain. Le tout pour 2,75 millions de dollars. La transaction, réalisée en décembre 2010, a écarté Courtney Love de la direction effective de la société End of Music (EOM), chargée de gérer les droits publicitaires de Kurt Cobain. Surtout, elle accorde à Frances Bean le dernier mot concernant les différents contrats négociés par son nouveau directeur, David Byrnes, un avocat de Los Angeles (à ne pas confondre avec David Byrne, leader des Talking Heads).

"Les droits publicitaires valent potentiellement une fortune, a confimé à The Fix Jonathan Faber, un juriste qui a un temps géré le patrimoine culturel du musicien. Ils équivalent aux droits sur la propriété intellectuelle", estime-t-il. C'est donc ce qui s'appelle une belle opération pour Frances.

2/ Des tubes pour Muppets (entre autres)

Preuve que l'héritage de Kurt Cobain pose question, Courtney Love a récemment fait valoir ses droits à l'occasion du "Muppet Gate", ("affaire Muppet" en français). Dans le film The Muppets, sorti en 2011 aux Etats-Unis, la bande à Kermit se permet une reprise a cappella du tube Smells Like Teen Spirit, un hyme générationnel composé par Cobain et paru en 1991 sur l'album Nevermind. Fureur chez Love. Kermit la grenouille et ses amis "ont violé [la] mémoire" de Kurt Cobain, s'est-elle emportée le 14 mars, selon le site people TMZ. Des accusations "absurdes, absurdes, absurdes", pour l'acteur Jack Black qui, en plus de jouer dans la scène incriminée, fait figure de grand amateur de rock'n'roll. Tout comme les Muppets, qui l'ont prouvé ici et ici

Un mois plus tard, Courtney Love remet le couvert dans le New York Daily News (lien en anglais): "Nous n'avons rien touché pour 'Les Muppets', pas un rond (...), clame-t-elle, ajoutant que l'ancien batteur de Nirvana, Dave Grohl, qui fait une apparition dans le film, "savait que Kurt n'aurait jamais accepté d'être un Muppet". Avec son statut de veuve rock'n'roll, la star de Hole se pose garante de l'œuvre de Cobain. The Fix explique pourtant que cette dernière n'a rien à dire concernant l'utilisation de ces morceaux, la décision revenant à la société Primary Wave Music, propriétaire de l'intégralité des droits sur le catalogue de Nirvana. Une société qui n'appartient ni à Courtney, ni à Frances.

3/ Des morceaux (et un pyjama) dans les tiroirs 

La mère et la fille peuvent toutefois se partager les effets personnels de Kurt Cobain. D'après The Fix, Frances Bean détient 40% des objets laissés par son père. Et certains ont de la valeur, d'autant que les fans sont prêts à casser leur tirelire pour faire l'acquisition d'une de ses peintures, d'instruments de musique ou de son pyjama. 

Début avril, Courtney Love a ainsi fait savoir qu'elle souhaitait vendre "quatre peintures inédites et un dessin ", ainsi que des guitares et quelques babioles ayant appartenues a son compagnon, le tout pour un montant qu'elle estime à 100 millions de dollars. 

Par ailleurs, des rumeurs d'enregistrements inédits laissent penser que la marque Cobain pourrait encore se décliner musicalement, à titre posthume. Eric Erlandson, ancien guitariste du groupe Hole, fondé par Courtney Love, a indiqué à la chaîne Fuse TV que Kurt Cobain travaillait à "un album solo", avec lequel"il allait dans une direction qui était super. Ça aurait été son White Album [le célèbre double album des Beatles]", a-t-il assuré, en pleine promotion de son livre Letters to Kurt. Selon lui, un album pourrait être publié un jour : "J'ai entendu parler de quelqu'un qui compilait [les morceaux]", a-t-il mystérieusement indiqué.

Un fantasme alimenté par la diffusion, quelque jours plus tard, d'un inédit, Stinking of you, interprété avec Courtney Love sur des images d'archives compilées dans le cadre du documentaire Hit so Hard, consacré à Patty Schemel, batteuse de Hole. 

4/ Une famille et des amis qui se battent (et qui tweetent)

En 2009, la garde de Frances Bean, alors âgée de 17 ans, a été retirée à Courtney Love au profit de  Wendy O'Connor et Kimberly Dawn Cobain, respectivement mère et sœur de Kurt Cobain. Depuis, les relations mère-fille ne se sont pas franchement améliorées. 

Fâchée depuis des années avec Dave Grohl, le batteur de Nirvana (aujourd'hui leader des Foo Fighters), la chanteuse a accusé ce dernier d'avoir eu des relations sexuelles avec Frances. Le 10 avril, elle s'en prend à l'ami de son défunt mari sur son compte Twitter privé, dans une série de déclarations retranscrites par Gawker (lien en anglais). Le traitant de véritable "obsédé sexuel", elle l'accuse, sur la foi de rumeurs, d'avoir couché avec mademoiselle Cobain. "Je vais le tuer", tweetait-elle alors. 

Les jours suivant, la tragicomédie en marche a forcé Dave Grohl à démentir, embarrassé, et Frances Bean a confirmé que "Twitter devrait bannir [sa] mère", a indiqué TMZ. L'affaire se dénoue enfin le 14 avril, toujours sur Twitter : "Bean, pardon d'avoir cru les ragots. Maman t'aime." Euh, malaise ?

 

"Je t’en pris, va de l’avant Courtney", avait demandé Kurt Cobain dans sa lettre d'adieu. "Pour Frances. Pour sa vie, qui sera tellement plus heureuse sans moi", avait-il conclu. Ce n'est pas ce que l'histoire retient de l'héritage, pour l'instant.