Sept anecdotes surprenantes sur David Bowie

Le chanteur britannique est mort à l'âge de 69 ans, terrassé par un cancer. La rock star, qui a enregistré 25 albums, a eu une vie bien remplie, dont certains événements sont peu connus du grand public.  

David Bowie, le 5 juin 2007 à New York (Etats-Unis), lors d'une cérémonie à Wall Street.
David Bowie, le 5 juin 2007 à New York (Etats-Unis), lors d'une cérémonie à Wall Street. (BRYAN BEDDER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Mis à jour le , publié le

Sa vie est digne d'un roman. David Bowie, mort dimanche 10 janvier d'un cancer à l'âge de 69 ans, a été un artiste touche-à-tout visionnaire, un caméléon en perpétuelle mue. Voici quelques anecdotes (plutôt ) méconnues qui achèvent d'écrire sa légende.

>> Hommages et réactions : suivez notre direct après la mort de David Bowie

Ses deux yeux étaient différents (mais pas vairons)

David Bowie avait un regard étrangement magnétique. Beaucoup de ses fans attribuaient ce pouvoir quasi-hypnotique à ses yeux vairons, c'est-à-dire de différentes couleurs. Ils se trompaient. L'iris de l'œil droit du chanteur était d'un bleu métallique, celui de son œil gauche d'un gris sombre et sa pupille plus dilatée. Il faut remonter à l'adolescence de la star pour découvrir l'origine de cette particularité, rappelle Le Huffington Post.

A cette époque, David Bowie s'appelle encore David Robert Jones. Il a 16 ans et vit à Brixton, un quartier populaire du sud de Londres. Le jeune homme se dispute avec son ami George Underwood à propos d'une fille. George frappe David au visage. L'œil gauche de l'adolescent en restera à jamais gravement endommagé par ce que les médecins appellent une mydriase. 

C'est aussi durant cette période que David Robert Jones quitte l'école et commence sa carrière musicale. George Underwood et David Bowie sont, eux, restés bons amis. Le premier a même réalisé quelques dessins pour les pochettes des premiers albums du second.

David Bowie chante le 24 juillet 2000 à New York (Etats-Unis).
David Bowie chante le 24 juillet 2000 à New York (Etats-Unis). (BRAD RICKERBY / REUTERS)

Il était coté en Bourse

En 1997, David Bowie fait sensation à New York. Le chanteur réussit son introduction en Bourse à Wall Street, quelques semaines après avoir fêté son 50e anniversaire au Madison Square Garden, relate Boursorama.

L'artiste lance des Bowie Bonds. Il lève des fonds en misant sur ses futurs droits d'auteur. Il promet à ceux qui investiront dans son placement financier un rendement de 7,9% sur dix ans. Ses obligations sont un succès. Il lève 55 millions de dollars, l'équivalent de dix années de royalties, note à l'époque Libération.

La rock star devient une star de la finance. Avant lui, le groupe de hard rock Kiss avait tenté l'opération dans les années 1980. Leur coup de poker avait été un échec. Quant aux Beatles survivants, qui avaient introduit en Bourse la société détenant leurs droits d'auteurs, ils avaient été rachetés par Michael Jackson. La réussite de David Bowie, rendue possible par le fait qu'il détient les droits d'auteur sur l'ensemble de son œuvre, a ensuite inspiré James Brown, Rod Steward et le groupe de metal Iron Maiden.

Il a couché avec Mick Jagger et Iggy Pop (entre autres)

La liste des conquêtes de David Bowie pourrait (presque) remplir un bottin mondain. On y retrouve les chanteuses Marianne Faithfull, Tina Turner, Nina Simone, l'actrice Susan Sarandon, Amanda Lear et même Mick Jagger ou Iggy Pop. 

Avec sa première femme, Angie, David Bowie organisait "les meilleures orgies” de Londres, lit-on dans la sulfureuse biographie écrite par la journaliste américaine Wendy Leigh. Il y avait dans le salon de leur maison, sur Oakley Street, un grand lit recouvert de fourrure, baptisé "the pit" (le puit, en français). Les invités pouvaient y participer à toutes les combinaisons sexuelles imaginables.

"La carrière de Bowie n’a pas seulement été fondée sur son extraordinaire talent musical, mais aussi sur son attitude extrêmement audacieuse vis-à-vis du sexe, écrit la journaliste. Bowie est passé d’une expérience charnelle à l’autre, n’hésitant pas à clamer sa bisexualité." 

“J’ai dragué tout le monde. C’était une période merveilleusement irresponsable”, se souvenait avec délice l'artiste dans les années 2000, durant un entretien à la BBC, cité par Les Inrocks.

Il avait créé une troupe de mimes

David Bowie était fasciné par la pantomime. Au début de sa carrière artistique, il avait d'ailleurs suivi les cours de la mime britannique Lindsay Kemp, qui avait elle-même été l'élève d'un maître du genre, le Français Marcel Marceau. En 1969, juste avant de signer ses premiers tubes, le mime Bowie avait monté sa propre troupe, les Multimedia Feathers. Cette passion pour les arts du cirque se retrouve plus d'une décennie plus tard dans le clip d'Ashes to Ashes, où il joue le clown blanc.

Il avait lancé une ligne de papiers peints

David Bowie était décidément un artiste touche-à-tout. En 1995, le David Bowie peintre s'associe à la luxueuse griffe de décoration d'intérieur britannique Laura Ashley et lance sa propre collection de papiers peints. La ligne décline deux motifs : un portrait en pied du peintre Lucian Freud dans une boîte verte et blanche sur fond de feuillages mauves et un Minotaure dont les imposants attributs sexuels sont gommés par la pudique manufacture. Dylan Jones raconte cet étonnant épisode dans son livre L'ovni Bowie. La vente de ces papiers peints doit financer une action caritative en faveur des enfants de Sarajevo, précise alors Libération.

Il a fondé la société de défense des hommes aux cheveux longs

Dans l'Angleterre des années 1960, les jeunes hippies en révolte contre leurs aînés arborent des coupes de cheveux de plus en plus longues qui déplaisent aux sujets les plus conservateurs de Sa Majesté. Le jeune David est de ceux-là.

A 17 ans, l'adolescent au casque blond apparaît sur les écrans de télévision pour prendre la défense de ses semblables. Fondateur de la Society for the Prevention of Cruelty to Long-Haired Men (la Société pour la prévention de la cruauté envers les hommes aux cheveux longs), il est interviewé par la BBC. Une boutade provocatrice. La première d'une longue série, repérée par Open Culture.

Il s'est nourri de poivrons et de lait pendant plusieurs années

Nous sommes au milieu des années 1970. David Bowie, amaigri et drogué, vit à Los Angeles. Et il est en plein bad trip, raconte Libération. Dans sa limousine, il se croit en permanence suivi par la police américaine. D'après les rumeurs, il ne se nourrit plus que de poivrons, de lait... et de cocaïne. Il recouvre les murs et le sol de sa villa de signes cabalistiques et de pentagrammes. Il interrompt une interview pour allumer un cierge noir. Un corps vient de tomber du ciel, il est le seul à l'avoir vu. 

Ses excès le rattrapent. "Un jour en Californie, j'ai saigné du nez. La moitié de mon cerveau s'est échappée. Il fallait faire quelque chose", déclare-t-il à l'époque. Bowie traverse l'Atlantique, s'installe en Suisse, puis gagne Berlin, en pleine guerre froide. Le début d'une nouvelle ère.