Cinq choses à savoir sur Maurice White, fondateur d'Earth, Wind and Fire

Atteint de la maladie de Parkinson, le leader du groupe est mort à l'âge de 74 ans.

Earth, Wind and Fire entre au Rock and Roll Hall of Fame, à New York, le 6 mars 2000. Maurice White est au centre.
Earth, Wind and Fire entre au Rock and Roll Hall of Fame, à New York, le 6 mars 2000. Maurice White est au centre. (STAN HONDA / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le leader et fondateur du groupe Earth, Wind and Fire, connu pour ses titres Let's Groove, Boogie Wonderland ou encore September, est mort à l'âge de 74 ans, dans la nuit du mercredi 3 au jeudi 4 février. "Mon frère, héros et meilleur ami est décédé paisiblement la nuit dernière pendant son sommeil", a annoncé son frère Verdine White, sur Facebook. L'artiste était atteint de la maladie de Parkinson. Francetv info vous présente cinq choses qu'il faut absolument connaître sur celui qui a animé les soirées de plusieurs générations. 

My Dearest Facebook Family, Friends and Fans. My brother, hero and best friend Maurice White passed away peacefully...

Posté par Verdine White sur jeudi 4 février 2016

1Le nom du groupe est une référence à son signe astrologique

Après un premier groupe éphémère, The Salty Peppers ("les piments salés"), Maurice White crée Earth, Wind and Fire ("la Terre, le vent et le feu"). Ce nom fait référence à son signe astrologique : le sagittaire, un signe dominé par le feu, l'air – ici remplacé par le vent – et la terre. L'artiste "imagine ce nom qui réunit trois éléments clés, comme une sainte trinité qui contient l’ADN du groupe", explique le site de Legacy Recordings, label de rééditions de Sony Music.

2Il a remporté sept Grammy Awards

Maurice White a remporté au cours de sa carrière sept Grammies, avec le groupe ou individuellement. "Son instinct infaillible en tant que musicien et homme de spectacle a permis de propulser le groupe vers la gloire internationale, influençant ce faisant d’innombrables musiciens", souligne The Recording Academy, qui décerne ces prix. 

Lors des prochains Grammy Awards, le 15 février, le groupe recevra également le très prestigieux Lifetime Achievement Award ("prix pour l'accomplissement d'une vie"), "remis chaque année à des artistes de renom ayant contribué de manière significative à l'industrie de la musique et plus largement à la culture", explique Le Parisien

3Il compte Barack Obama parmi ses plus grands fans

Alors qu'il vient à peine d'être élu président des Etats-Unis, Barack Obama invite Earth, Wind and Fire à la Maison Blanche pour le dîner des gouverneurs, le 22 février 2009, comme l'explique un blog du New York Times (en anglais). Le président américain est en effet un des plus grands fans du groupe. Ce n'est pas la première fois que ce dernier se produit à Washington. Sous l'administration Clinton, le 20 juin 2000, il avait joué lors d'une réception pour le roi du Maroc Mohammed VI, rappelle le site spécialisé AXS (en anglais)

4Il a produit Barbra Streisand, Cher et Neil Diamond

"Au début des années 80, le virage électro [du groupe] déconcerte le public, ce qui poussera Maurice à mettre le groupe en sommeil pour se consacrer à la production", explique Paris Match. Il participe ainsi, en 1984, à l'album Emotion de Barbra Streisand, travaille avec l'auteur-compositeur-interprète Neil Diamond pour son album Headed for the Future, sorti en 1986, ou aide Cher pour son album Cher en 1987. La même année, Columbia réussit pourtant à réunir le groupe, comme l'explique RTL

5Atteint de la maladie de Parkinson, il a continué d'écrire

En 1999, Maurice White apprend qu'il est atteint de la maladie de Parkinson. "Mais la maladie est sous contrôle, il peut donc continuer à écrire, à enregistrer, à produire et à diriger le groupe à distance", explique RTL. Maurice White continue ses créations. Le groupe sort, en 2003, l'album The Promise, produit et interprété notamment par Maurice White. En 2005, c'est Illumination qui connaît un franc succès. L'artiste travaille également, en 2006, sur le spectacle musical Hot Feet, dont on voit un extrait ci-dessous, et en 2007 sur l'album de reprises Interpretations: Celebrating the music of Earth, Wind and Fire.