Breakbot, comme des envies d'Amérique

L'électro à la française se porte décidément très bien, avec le retour de l'un des artistes les plus remarqués ces dernières années : Breakbot. Il sort ce vendredi son deuxième album, "Still Waters", toujours aussi marqué par des sonorités chaudes et ensorceleuses, plus américaines que françaises.

(Breakbot s'assume aujourd'hui en tant que vrai duo © ANTHONY GHNASSIA / SIPA/SIPA)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Avec son premier album, By Your Side en 2012, le Français Breakbot, alias Thibaut Berland, s'est installé dans le cercle des faiseurs de sons reconnus internationalement. Autant dire que son deuxième essai, intitulé Still Waters , était du coup très attendu.

Cette fois, le membre de la prestigieuse écurie du label Ed Banger, qui compte Justice ou Mr. Oizo dans ses rangs, revient avec son ami Irfane à la conception de l'album, lui qui ne faisait que les voix lors du premier. Et tout Français qu'ils sont, leur musique louche clairement du côté de l'Amérique : "C'est vrai qu'on a tous les deux une culture issue en grande partie de la culture américaine [...] le rap des années 90, le funk des années 80... "

Breakbot, c'est cette faculté à rendre chaude et palpable une musique électronique travaillée à l'ancienne, avec des machines analogiques la plupart du temps. Funk, disco, soul ensoleillée qui provoquent chez l'auditeur comme une furieuse envie de danser.

Still Waters , de Breakbot (Ed Banger/Because Music). Disponible le 5 février. En tournée dans toute la France, dont le 2 mars à Paris, La Cigale.