Tendance : tout filmer, tout le temps, une manière de se rassurer

France 2 s'est intéressée au besoin de tout filmer ce samedi 2 janvier. D'où nous vient cette manie de plus en plus courante ? Explications. 

Voir la vidéo

Franceinfo

Mis à jour le , publié le

Filmer, photographier, ou contempler, utiliser son écran tactile ou ses pupilles, se faire des souvenirs ou remplir sa mémoire numérique, avec les stars, aux concerts, aux musées et même avec le pape, on filme, on photographie. Pourquoi cet emballement à tout vouloir enregistrer ? À bout de bras ou d'une perche télescopique, à chacun sa technique, l'essentiel est de ne rien rater. "Ça gâche un peu le voyage, c'est vrai. Il faut que j'apprenne à poser un peu tout ça et puis à profiter effectivement du voyage et de ce que je vois", confie une femme au micro de France 2.

"Je clique donc je suis"

Sites touristiques ou petite séquence en famille, des souvenirs souvent conservés, mais fini les vielles bobines de film, place désormais au support numérique. Avec la multiplication des smartphones, l'époque est au tous cinéastes, tous photographes. Enregistrer constamment aurait selon Dr Serge Tisseron, spécialiste interrogé par France 2, un effet rassurant. "Les gens aujourd'hui se sentent énormément pris dans le mouvement du monde. Tout va trop vite, beaucoup s'en plaignent et donc du coup, filmer tout, c'est une manière d'être un acteur de ce qu'il nous arrive. [...] C'est une manière de se réapproprier un pouvoir sur le monde, illusoire, mais structurant", explique ce dernier. Smartphone ou tablette, il semblerait que l'époque soit au "je clique donc je suis".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des touristes prennent des selfies sur l\'esplanade du Trocadéro, à Paris, le 8 février 2015. 
Des touristes prennent des selfies sur l'esplanade du Trocadéro, à Paris, le 8 février 2015.  (MIGUEL MEDINA / AFP)