Le changement ou la Fontaine de Jouvence du cerveau pour Pierre-Marie Lledo

Il s'agit de la semaine du cerveau. De nombreux événements sont prévus partout en France. France 2 a choisi d'inviter un grand spécialiste du cerveau : Pierre-Marie Lledo, auteur de "Le cerveau, la machine et l'humain". Il travaille pour le CNRS et pour l'institut Pasteur, et est membre de l'académie européenne des Sciences.

Cette vidéo n'est plus disponible
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

À l'occasion de la semaine du cerveau, France 2 a choisi d'inviter un grand spécialiste du cerveau : Pierre-Marie Lledo, auteur de Le cerveau, la machine et l'humain. À 50 ans, tout n'est pas perdu. Passé cet âge, on peut encore stimuler la création de nouveaux neurones. Il existe six principes, et le premier est facile à suivre : il faut s'ouvrir au changement et fuir la routine. "Avec mon laboratoire et bien d'autres, nous avons découvert une espèce de fontaine de jouvence qui fait que notre cerveau échappe à la flèche du temps, échappe au vieillissement", explique Pierre-Marie Lledo. "Nous avons ainsi pu montrer que ces cerveaux avaient une caractéristique, celle d'être hyper réactif à la nouveauté, au changement. Et donc on s'aperçoit que les capacités d'un individu à s'adapter se basent sur ce dispositif d'arrivée en permanence de nouveaux neurones dans notre cerveau", précise le neurobiologiste au CNRS.  

Faire attention au trop-plein d'informations

Deuxième principe : savoir, c'est bien, mais comprendre, c'est mieux, car le trop-plein d'informations provoquerait de l'anxiété. "On s'aperçoit que le cerveau est un organe qui s'ouvre à l'extérieur, ensuite il traite cette information, mais si on arrête le processus à ce niveau-là, l'anxiété va apparaître. (...) Face à cette 'infobésité' : je sais, mais je ne comprends pas, je deviens un spectateur passif et je décroche", détaille Pierre-Marie Lledo.

Le JT
Les autres sujets du JT
De nombreux films exploitent le mythe selon lequel nous n\'utiliserions qu\'une petite partie des capacités de notre cerveau.
De nombreux films exploitent le mythe selon lequel nous n'utiliserions qu'une petite partie des capacités de notre cerveau. ( AFP )