Le couturier André Courrèges est mort

Il était le symbole de la révolution vestimentaire des années 1960. André Courrèges est décédé à son domicile de Neuilly-sur-Seine, à côté de Paris, annonce la maison Courrèges. Il avait 92 ans et souffrait de la maladie de Parkinson depuis une trentaine d'années.

(André Courrèges, avec l'une de ses mannequins © Sipa/ LASKI)
Radio France

Mis à jour le
publié le

André Courrèges, c'est avant tout des formes très structurées, une mini-jupe que cherchent à rejoindre des bottes et le genou qui s'expose. La robe trapèze, le pantacourt : le travail d'André Courrèges, c'était du design. Il n'était pas diplômé des Ponts et chaussées pour rien ! Et puis c'est une lumière aussi : du blanc éclatant, et du rose. Pourtant, son entourage ne le décrivait pas comme un homme de mode. Evidemment, ce n'est pas tout à fait vrai, il a révolutionné ce monde. Jusqu'en 1970, il est même copié par toute la planète.

 

L'usine qu'il fait alors construire à Pau emploie 800 personnes et puis, avec la crise, la maison ne peut pas lutter contre les tarifs asiatiques. Le créateur vend sa maison à des investisseurs japonais en 1984. Une erreur qu'il met dix ans à rattraper, ou plutôt son épouse Coqueline. En effet, c'est Madame Courrèges qui rachète la société il y a un peu plus de 20 ans, et la relance.

 

Le couple fondateur revend finalement sa maison en 2011, à deux Français. Et il y a quelques mois, à la surprise générale, deux très jeunes créateurs français sont chargés de donner "un nouveau souffle" à Courrèges. Une maison créée en 1961, trente ans avant leur naissance.

La réaction de Jacques Bungert, co-président de la maison Courrèges depuis 2011 : "Il y a un avant et un après André Courrèges"
--'--
--'--