L'écrivain Michel Tournier, auteur du "Roi des aulnes" et de "Vendredi ou la vie sauvage", est mort à l'âge de 91 ans

Grand auteur français de la seconde moitié du XXe siècle, il avait obtenu le prix Goncourt en 1970 pour Le Roi des aulnes.

L'écrivain Michel Tournier pose en marge d'une émission de France 5, le 17 janvier 2007, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). 
L'écrivain Michel Tournier pose en marge d'une émission de France 5, le 17 janvier 2007, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).  (OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'écrivain de 91 ans s'est éteint à son domicile de Choisel (Yvelines). Michel Tournier, l'un des grands auteurs français de la seconde moitié du XXe siècle, prix Goncourt pour Le Roi des aulnes en 1970, est mort entouré de ses proches, a annoncé son filleul, Laurent Feliculis, que l'écrivain considérait comme son fils adoptif. "Il est décédé à 19 heures ce soir", a-t-il précisé. Son décès a également été confirmé par le premier adjoint au maire de Choisel, Frédéric Julhes.

"Ces œuvres ont marqué une génération de Français"

Ancien enseignant devenu romancier reconnu, il écrivait également pour la jeunesse avec des œuvres comme Vendredi ou les limbes du Pacifique (1967), son premier roman, publié à l'âge de 42 ans, ainsi que Vendredi ou la vie sauvage (1971). Les deux œuvres, inspirées du livre Robinson Crusoé, ont marqué plusieurs générations d'écoliers. 

Lundi soir, ses lecteurs sont nombreux à lui rendre hommage sur Twitter, parmi lesquels la ministre de la Culture, Fleur Pellerin.

Dans la soirée, l'Elysée lui a rendu hommage dans un communiqué : "Entre réalisme et magie, ses œuvres ont marqué toute une génération de Français et d'Européens, amoureux comme lui des lettres, de l'histoire, de l'aventure, de la nature et de notre continent. Il cherchait toujours à réconcilier les idées et le réel", a indiqué la présidence. "Le président de la République salue son immense talent, et présente ses sincères condoléances à sa famille et ses proches."

Un amoureux des grands mythes de la littérature

Dans Les Météores (1975), Michel Fournier réinterprétait le mythe de Castor et Pollux. Cinq ans plus tard, il se penchait sur l'histoire des rois mages, dans Gaspard, Melchior & Balthazar. Lui qui aimait réinterpréter les mythes s'est également attaqué à Barbe-Bleue et à Gilles de Rais dans Gilles et Jeanne (1983).

Cet amour pour les figures mythologiques a aussitôt été salué sur Twitter par Bernard Pivot, pour qui Michel Tournier était "le plus grand romancier français vivant".

Il avait également écrit de nombreux contes et nouvelles, ainsi que des essais. Sa dernière publication, Je m'avance masqué, constituée d'entretiens avec le journaliste et romancier Michel Martin-Roland, était parue en 2011.