Le gouvernement veut développer les compétitions de jeux vidéo en France

Deux parlementaires sont chargés d'élaborer un cadre juridique pour cette activité en pleine expansion.

Les membres d'une équipe chinoise de e-sport, une compétition de jeux vidéo, le 31 juillet 2014 à Shanghai (Chine).
Les membres d'une équipe chinoise de e-sport, une compétition de jeux vidéo, le 31 juillet 2014 à Shanghai (Chine). (ZHEJIANG DAILY / IMAGINECHINA / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Manuel Valls a confié à deux parlementaires la mission de proposer un cadre législatif et réglementaire favorisant le développement des compétitions de jeux vidéo en France, selon un décret paru mardi 19 janvier au Journal officiel"C'est une activité qui est en pleine évolution, en pleine explosion", a déclaré un de ces parlementaires, le député UDI des Alpes-Maritimes Rudy Salles, pour qui "il faut voir comment encadrer juridiquement cette activité, comment l'autoriser et la sécuriser". L'autre parlementaire désigné est le sénateur PS de Saône-et-Loire Jérôme Durain.

Selon Newzoo (en anglais), centre d'analyse et de recherche sur les jeux vidéo, les revenus du "e-sport", le sport électronique, devraient atteindre 465 millions de dollars en 2017, contre 194 millions en 2014. En août 2014, Amazon a racheté Twitch, site spécialisé dans la diffusion de parties de jeux vidéo en ligne, pour la somme de 970 millions de dollars.

Des propositions définitives d'ici juin 2016

"Je trouve que nous sommes relativement en pointe sur le secteur des jeux vidéo, avec des écoles performantes, avec un certain nombre de créateurs de jeux vidéo de grande qualité", explique Rudy Salles, déplorant qu'un "certain nombre s'exportent pour des raisons fiscales et de sécurité financière, notamment au Québec".

Le député n'a pas indiqué si le jeu vidéo avait vocation à devenir "un sport à part entière". Une première réunion doit avoir lieu mercredi, durant laquelle "nous verrons quels sont les souhaits du gouvernement en la matière", a commenté le parlementaire, ajoutant que des propositions définitives seraient proposées d'ici juin 2016.

Outre ce décret, débute également ce mardi à l'Assemblée nationale l'examen de la loi pour une République numérique de la secrétaire d'Etat Axelle Lemaire, qui prévoit notamment de donner un cadre juridique, aujourd'hui absent, aux compétitions de jeux vidéo.