Un Britannique arrêté pour avoir traité de "pénis de cheval" un plat traditionnel du Kirghizistan

Il risque trois à cinq ans de prison pour avoir posté sur Facebook une image de ses collègues kirghizes à table et expliqué qu'à l'occasion des fêtes de fin d'année, certains Kirghizes faisaient la queue pour obtenir "une friandise spéciale, le pénis de cheval". 

Le "chuchuk" est une saucisse traditionnelle de cheval, animal dont la viande est très recherchée par les Kirghizes. 
Le "chuchuk" est une saucisse traditionnelle de cheval, animal dont la viande est très recherchée par les Kirghizes.  (EVGENI ZOTOV / CREATIVE COMMONS / FLICKR)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les Kirghizes ne plaisantent pas avec leurs spécialités. Un Britannique travaillant dans une mine d'or au Kirghizstan a été arrêté dimanche 3 janvier et risque jusqu'à cinq ans de prison pour avoir qualifié de "pénis de cheval" un met traditionnel kirghize. Michael Mcfeat, qui occupe un poste intermédiaire au sein de la société canadienne Centerra Gold, propriétaire de la mine de Kumtor, a été arrêté tôt dimanche matin, accusé d'incitation à la haine raciale.

Il risque trois à cinq ans de prison pour avoir posté jeudi sur Facebook une image de ses collègues kirghizes à table et expliqué qu'à l'occasion des fêtes de fin d'année, certains Kirghizes faisaient la queue pour obtenir "une friandise spéciale, le pénis de cheval", a indiqué un porte-parole du ministère.

Une pétition pour réclamer l'arrestation du Britannique

Il s'agit en réalité du "chuchuk", une saucisse de cheval, animal dont la viande est très recherchée par les Kirghizes et leurs voisins kazakhes, qui remettent les traditions nomades à l'honneur depuis la chute de l'URSS. Le message de Michael Mcfeat a froissé les employés de la mine, qui ont observé en guise de protestation une grève de samedi à dimanche.

"Plus de 120 employés de la mine de Kumtor", qui représente 10% de la production économique du Kirghizstan, ont signé une pétition pour que le Britannique soit arrêté, affirme le ministère. Peu avant son arrestation, Michael Mcfeat avait cependant publié un message pour présenter ses excuses aux Kirghizes. L'ambassade du Royaume-Uni est en contact avec les autorités locales et Centerra, et s'apprête à fournir l'aide consulaire nécessaire à Michael Mcfeat.