Feuilleton : le sacre du sucré (1/5)

La Coupe du monde de pâtisserie se tient tous les deux ans. Cette année, elle se déroulait à Lyon (Rhône). Avant de s’y présenter et de la remporter, l’équipe de France s’est entraînée pendant de longues heures.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils sont venus à Lyon de 22 pays pour disputer la finale de la Coupe du monde de la pâtisserie. Cette compétition prestigieuse peut changer la vie de ces pâtissiers s’ils la remportent. Une course contre la montre de 10 heures, pour le plaisir des papilles, et des yeux du jury international. Étienne Leroy est le capitaine de l’équipe de France, sous-chef pâtissier dans un grand hôtel d’Antibes (Alpes-Maritimes). Il s’est entraîné à Paris avec ses coéquipiers, dans un local exigu, aux dimensions du futur local du concours.

17 heures d’entraînement par jour

Il a eu le coup de foudre pour ce métier tout jeune, notamment pour le travail du sucre. "J’aime beaucoup la minutie qu’on doit apporter lorsque l’on travaille, qu’on le fasse seul ou avec une équipe", raconte-t-il. Ils sont trois dans l’équipe. Ils passent 17 heures par jour à s’entraîner pour arriver prêts le jour J.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'équipe de France, championne du monde de pâtisserie le 23 janvier 2017 à Lyon (Rhône).
L'équipe de France, championne du monde de pâtisserie le 23 janvier 2017 à Lyon (Rhône). (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)