Signac, le pointillisme expliqué en trois (petits) points

Le Musée des impressionnismes de Giverny consacre une grande expo au plus connu des pointillistes. L'occasion de se pencher sur les théories scientifiques à l'origine de son œuvre.

Paul Signac, "Rotterdam. Les fumées", 1906. Huile sur toile, 73 x 92 cm. Shimane (Japon), Shimane Art Museum.
Paul Signac, "Rotterdam. Les fumées", 1906. Huile sur toile, 73 x 92 cm. Shimane (Japon), Shimane Art Museum.
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

De près, on ne voit que des points de couleur. Mais en s’éloignant… magie ! Une image apparaît. C'est le principe d'un mouvement pictural qui s’amuse à jouer avec notre perception : le divisionnisme, et plus particulièrement le pointillisme. L’un de ses plus célèbres représentants, avec Georges Seurat (1859-1891), a pour nom Paul Signac (1863-1935). A l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance, le Musée des impressionnismes de Giverny (Eure) organise une grande exposition : "Signac, les couleurs de l’eau". En tout, une centaine d’œuvres, des peintures mais aussi des aquarelles et des dessins moins connus, sont présentées. L’occasion de comprendre comment procédait ce peintre, qui abordait son art en scientifique.

A ne pas confondre avec l’impressionnisme !

L’idée de peindre en appliquant sur la toile des petites touches de couleur vous rappelle sans doute un autre courant : l’impressionnisme. De fait, la plupart des pointillistes sont d’abord passés par une phase impressionniste. Et c’est même une exposition de Claude Monet qui détermine, en 1880, la vocation de Paul Signac, profondément ému devant "les gares, les bateaux, les rues pavoisées" recréées par le maître à petits coups de pinceaux. Autre point de rapprochement entre l’impressionnisme et le pointillisme : les deux mouvements vont chercher leurs sujets d’inspiration dans la vraie vie, en plein air. Mais attention, leurs techniques divergent radicalement.

Paul Signac, "Concarneau. Calme du soir (allegro maestoso). Opus 220", 1891. Huile sur toile, 64,8 cm x 81,3 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, The Robert Lehman Collection, 1975.1.209.
Paul Signac, "Concarneau. Calme du soir (allegro maestoso). Opus 220", 1891. Huile sur toile, 64,8 cm x 81,3 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, The Robert Lehman Collection, 1975.1.209. (2013 DIGITAL IMAGE, THE MUSEUM OF MODERN ART, NEW YORK/SCALA, FIRENZE)

Observez bien ci-dessus cette vue du port de Concarneau selon Paul Signac et comparez-la à la toile impressionniste de Claude Monet représentant Etretat, conservée au musée d’Orsay. La différence est flagrante. Les impressionnistes mélangent les touches de couleurs sur la toile tandis que les pointillistes disposent méthodiquement des points colorés les uns près des autres. C’est en nous éloignant de la toile que nous recomposons la scène.

Détail de "Concarneau. Calme du soir (allegro maestoso). Opus 220", de Paul Signac, 1891. Huile sur toile , 64,8 cm x 81,3 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, The Robert Lehman Collection, 1975.1.209.
Détail de "Concarneau. Calme du soir (allegro maestoso). Opus 220", de Paul Signac, 1891. Huile sur toile , 64,8 cm x 81,3 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, The Robert Lehman Collection, 1975.1.209. (2013 DIGITAL IMAGE, THE MUSEUM OF MODERN ART, NEW YORK/SCALA, FIRENZE)

C’est le cas ici, dans la prairie au premier plan de Concarneau, comme nous pouvons le voir sur ce zoom de la toile de Paul Signac. On peut imaginer à quelle point cette technique, à coups de petites et régulières touches de peinture, est longue et exigeante. Elle rebuta d’ailleurs plusieurs peintres, dont Henri Matisse. Il faut ainsi plus d’un an et la réalisation d’une soixantaine d’études à Georges Seurat pour terminer son chef d’œuvre, Un dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte (conservé à l’Art Institute de Chicago).

La science au service de l’art

Mais pourquoi s’imposer un tel labeur ? Les pointillistes étaient certains qu’en s’appuyant sur les théories scientifiques de l’époque concernant les phénomènes optiques (celles d’Eugène Chevreul, de Charles Blanc, ou d'Ogden N. Rood et Charles Henry), ils pourraient révolutionner leur art. Et ils ont réussi. La preuve en image.

Paul Signac, "Application du cercle chromatique de Mr. Ch. Henry (programme pour le Théâtre-Libre)", 1888. Lithographie, 16 x 18,5 cm. Archives Signac.
Paul Signac, "Application du cercle chromatique de Mr. Ch. Henry (programme pour le Théâtre-Libre)", 1888. Lithographie, 16 x 18,5 cm. Archives Signac. (TOUS DROITS RÉSERVÉS / PHOTO : ANDRÉ MORIN)

Observez cet hommage de Paul Signac au Cercle chromatique, un ouvrage écrit par Charles Henry que vous pouvez parcourir ici (si vous avez du courage et beaucoup de temps). L'œuvre reprend une idée du livre : les couleurs peuvent être réunies sur un cercle en fonction de leur proximité les unes avec les autres. Cette figure est très pratique pour trouver celles qui s’accordent harmonieusement entre elles. En prenant des teintes opposées sur le cercle, on peut ainsi utiliser des couleurs complémentaires. L’intérêt ? Observez sur ce site l’effet obtenu en cliquant sur "complement".

En mariant vert et rouge, en rapprochant jaune et violet ou bleu et orange, on obtient des contrastes forts qui semblent augmenter l’intensité de chacune des teintes. Maintenant, regardez à nouveau le petit paysage composé par Paul Signac ci-dessus : le ciel rouge est confronté à l’horizon vert, les bateaux jaunes à la mer violette, le pull bleu à des reflets orange… c’est une pure illustration de l’utilisation des complémentaires, qui permet de faire "vibrer" les couleurs.

Pour Georges Seurat et Paul Signac, le rapprochement des complémentaires n’est qu’un des moyens d’obtenir des combinaisons de couleurs harmonieuses dans un tableau. L’autre solution ? Utiliser différentes intensités d’une même teinte.

Paul Signac, "La Bouée rouge, Saint-Tropez", 1895. Huile sur toile, 81 cm x 65 cm. Donation Dr. Pierre Hébert, 1957. Paris, musée d'Orsay.
Paul Signac, "La Bouée rouge, Saint-Tropez", 1895. Huile sur toile, 81 cm x 65 cm. Donation Dr. Pierre Hébert, 1957. Paris, musée d'Orsay. (RMN-GRAND PALAIS (MUSÉE D'ORSAY) / HERVÉ LEWANDOWSKI)

Regardez cette vue du port de Saint-Tropez. On retrouve le contraste entre le bleu et l’orangé. Mais à l’intérieur du bleu, par exemple, on note une multitude de petites touches qui n’ont pas exactement la même intensité. L’utilisation de ces différents bleus fait toute la complexité et la richesse du tableau.

Paul Signac, "Rotterdam. Les fumées", 1906. Huile sur toile, 73 x 92 cm. Shimane (Japon), Shimane Art Museum.
Paul Signac, "Rotterdam. Les fumées", 1906. Huile sur toile, 73 x 92 cm. Shimane (Japon), Shimane Art Museum.

La marine ci-dessus permet de comprendre une autre idée essentielle du pointillisme. Le scientifique Ogden N. Rood a fait une expérience simple et passionnante : il a posé un peu de peinture rouge à côté d’un peu de peinture bleue sur un disque tournant. D'autre part, sur une surface fixe, il a mélangé les mêmes pâtes colorées bleue et rouge. Surprise : le pourpre obtenu en tournant la roue était beaucoup plus clair que celui réalisé en mêlant les pigments ! De fait, tout mélange concret tend à assombrir la palette du peintre, tandis qu’en recréant les teintes par mélange optique dans la rétine du spectateur, on conserve leur luminosité. Signac a tenté de mettre en application cette théorie, en "trichant" un peu puisqu'il utilise également des couleurs obtenues sur sa palette. Notez comme le paysage ci-dessus semble clair, presque rayonnant : il aurait été difficile d’obtenir le même effet en mélangeant simplement les couleurs sur la toile.

La science n’empêche pas l’émotion

Est-ce à dire que les toiles pointillistes sont de simples et froides applications de théories scientifiques ? Non évidemment, comme l’explique Paul Signac, la technique se met d’abord au service de la sensation du peintre. Voilà pourquoi on ressent des émotions si contradictoires face à ces deux toiles réalisées à partir des mêmes théories.

Paul Signac, "Voiles et pins", 1896. Huile sur toile, 81 x 52 cm. Collection particulière.
Paul Signac, "Voiles et pins", 1896. Huile sur toile, 81 x 52 cm. Collection particulière. (TOUS DROITS RÉSERVÉS)

Paul Signac, "Herblay. Coucher de soleil. Opus 206", 1889. Huile sur toile, 57,7 x 90,3 cm. Glasgow Art Gallery and Museum.
Paul Signac, "Herblay. Coucher de soleil. Opus 206", 1889. Huile sur toile, 57,7 x 90,3 cm. Glasgow Art Gallery and Museum. (CSG CIC GLASGOW MUSEUMS COLLECTION)

La première, très agitée, fait rugir les couleurs quand la seconde se révèle beaucoup plus sereine. Autre preuve que le pointillisme est avant tout affaire de sensibilité et n’aboutit pas à une production impersonnelle : la différence de style évidente entre ses membres. Comparez par exemple au musée d’Orsay la poésie dépouillée d’un Henri-Edmond Cross et la peinture pittoresque et enjouée d’un Maximilien Luce.

Informations pratiques

"Signac, les couleurs de l’eau"

Jusqu'au 2 juillet

Musée des impressionnismes de Giverny

99, rue Claude-Monet, 27620 Giverny

Tous les jours de 10 heures à 18 heures

Tarifs : 4,50 euros (enfant de plus de 12 ans et tarifs réduits) / 7 euros

A lire 

Signac, les couleurs de l’eau

Le catalogue de l’exposition est remarquablement riche. Outre quelques rappels importants (l’influence de l’impressionnisme sur Paul Signac, ses rapports étroits avec Claude Monet, sa synthèse des théories de la couleur), l’ouvrage a surtout le mérite de révéler la correspondance entretenue par le peintre avec le critique George Besson. Un échange vivant, coloré, qui en dit autant sur Paul Signac l’homme joyeusement extraverti que sur l’artiste rigoureux et appliqué.

Signac, les couleurs de l’eau, collectif, éd. Gallimard, 240 p., 35 euros.