"Bientôt on qwantisera nos recherches." C'est par ce tweet que Nathalie Kosciusko-Morizet saluait jeudi 14 février le lancement d'un nouveau moteur de recherche made in France, ajoutant : "Bonne chance à #Qwant, une société innovante et courageuse." 

 

Innovante, d'abord parce que contrairement à de nombreuses start-up du secteur, Qwant ne cherche pas à "faire du Google", ni à concurrencer frontalement le géant de Moutain View. La particularité de Qwant est justement de produire des résultats issus du web social, là où Google a fait le choix de les ignorer. Courageuse ensuite, parce que même en se démarquant de Google, il ne sera pas simple de conquérir une part significative du marché de la recherche sur internet.

Qwant, le moteur de recherche français.
Qwant, le moteur de recherche français. ( FRANCETV INFO)
 

Depuis quinze ans, il sont nombreux à s'y être brûlé les ailes. Yahoo a jeté l'éponge depuis longtemps et même un mastodonte comme Bing (Microsoft) peine à trouver sa place et en est réduit à des campagnes de publicité agressives.

 

Bing Valentine.
Bing Valentine. ( FRANCETV INFO)

En France, Google accapare neuf recherches sur dix quand Bing culmine à 5% de parts de marché. Les 5% restants sont éparpillés en trois groupes : les "annuaires", comme Voila ou Yahoo, qui se contentent d'utiliser les services d'indexation de Google pour en rhabiller les résultats ; les "métamoteurs", comme Seek ou Innooo,  qui agrègent les réponses des principaux sites de recherche ; et les moteurs "verticaux", très spécialisés. Tous n'ont pas le même poids, mais tous vous seront utiles dans vos recherches, à condition de leur poser les bonnes questions.

Non, Google n'est pas votre ami

Google n'est pas devin. En pratique, ils sont encore nombreux à s'adresser à Google comme on interrogeait jadis l'Oracle. Un blog est même consacré à ces "requêtes google" venues d'une autre dimension, qui n'aboutiront que très rarement à des réponses satisfaisantes. Il emprunte d'ailleurs son nom à l'une d'entre elles : Comment devenir un ninja gratuitement ?

Au-delà de la plaisanterie, il existe des règles simples à observer pour commencer à trouver. Si vous posez une question à un moteur de recherche, il y a fort à parier que c'est une question qu'il vous restituera. Or, c'est bien une réponse que vous cherchiez... Vous obtiendrez, par exemple, davantage de résultats en tapant "éthylotests obligatoires" plutôt que "les éthylotests sont-ils obligatoires ?"

Cet exemple nous renvoie d'ailleurs directement au second principe qui consiste à proscrire les recherches en "langage naturel". Contrairement à l'idée reçue, Google n'est pas votre ami, ne vous adressez donc pas à lui comme si tel était le cas. "Je cherche un restaurant romantique à Bordeaux" ne constitue pas une bonne recherche. Dans cette phrase, seuls les mots "restaurant", "romantique" et "Bordeaux" sont pertinents, tout le reste ne contribuera qu'à brouiller les résultats.

Les "opérateurs" qui vous aident dans votre recherche

Il faut donc apprendre à parler comme lui. Le langage Google ressemble au vôtre, mais il utilise aussi des codes appelés "opérateurs", conçus pour affiner vos recherches.

  • Le guillemet, votre meilleur allié

L'opérateur le plus connu est appelé par l'usage des guillemets. Il vous permet de rechercher une séquence de mots. Par exemple, rechercher "Francetv info" vous épargnera toutes les phrases où ces termes apparaissent sans aucun lien entre eux.

  • Avec l'étoile, vous avez droit à un joker

Si vous souhaitez utiliser ces guillemets, mais que vous ignorez l'un des mots de la séquence recherchée, vous pouvez le remplacer en utilisant le signe *. Cela peut s'avérer très utile lorsque vous recherchez une expression sans être sûr de la citer parfaitement. Par exemple, vous ne vous rappelez plus si Sisyphe fait référence à un mythe ou à un supplice ? Recherchez simplement "le * de Sisyphe".

  • Mettez un "tilde" dans votre moteur

Un "tilde", c'est ce signe espagnol (~) niché sur la touche "2" des claviers de PC ("Alt n" sur un Mac). Il vous permet de faire appel à la notion de synonyme dans vos recherches. En cherchant "~légende de Sisyphe", le mythe devrait lui aussi affleurer.

  • Méfiez-vous de l'orthographe

Si vous n'êtes pas sûr d'orthographier correctement Sisyphe, ou si vous doutez que vos sources en soient elles-mêmes capables, il vous reste encore le signe "|" ("Alt Gr 6" sur un PC), qui introduit la notion d'incertitude et fait office de "ou". Cherchez alors "le mythe de Sisyphe|sisife|sysiphe".

  • Google se rapproche de vous

Pour y parvenir, il ajoute sans cesse de nouveaux opérateurs qui collent à vos besoins. En précédant votre recherche de "define:" (toujours sans espace) vous obtiendrez la définition du mot recherché. Remplacez cet opérateur par "site:" suivi de l'URL d'un site, suivi par le ou les mots à rechercher, et vous limiterez vos investigations à un site donné. Les nouveaux opérateurs comme "meteo:" ou "cinema:" conduiront Google à filtrer les résultats pour ne vous livrer que ceux qui correspondent à votre domaine de recherche. La liste complète de ces commandes spéciales est consultable directement sur le site de Google, à condition de savoir la trouver. Vous pourrez en outre exclure telle ou telle URL de vos résultats et faire encore bien d'autres choses stupéfiantes. 

Sans doute l'ignoriez-vous, mais avec Google, vous avez par exemple toujours une calculatrice sous la main. Tapez "2+2" ou n'importe quelle autre opération dans le champ de recherche et laissez-vous surprendre.

( FRANCETV INFO)

Pourquoi chercher du texte si la réponse est un fichier ?

Dans la plupart des moteurs de recherche de premier plan, vous êtes libre de limiter les résultats de vos requêtes à un type de document en particulier. Vous pourriez vouloir rechercher un document Word ou Excel, un PDF, ou pourquoi pas une animation Flash. Pour y parvenir, il vous suffit alors de faire précéder votre requête par la commande "filetype:" suivie de l'extension du type de fichier recherché.

Si ce fichier est une image, c'est encore plus simple puisque Google, Bing et leurs concurrents y dédient un pan entier de leur site. Vous connaissez déjà le principe et pourtant, vous êtes très loin d'imaginer toutes les possibilités offertes. Si vous vouliez par exemple vérifier l'origine d'une image, identifier les personnages qui y figurent, ou encore vous assurer que personne ne viole impunément vos droits d'auteur, une fonction notamment devrait vous ravir.

 

Elle consiste à "glisser déposer" depuis votre bureau, dans le champ de recherche Google Image, le fichier en question. En un rien de temps, le moteur fera remonter non seulement les images similaires, mais tout ce qui s'y rapporte, pour le meilleur et pour le pire.

Remonter le temps, cela vous tenterait ?

Les pages web que vous visitez ne sont pas statiques, elles sont actualisées régulièrement et ce n'est pas seulement vrai pour les sites d'information. Google met à votre disposition un outil bien pratique pour prendre la "photo" d'un site à un instant donné. Comme un Polaroid virtuel. Il s'agit de la fonction "cache".

( FRANCETV INFO)
 

Pour y accéder, lancez votre recherche Google normalement, puis explorez la liste de résultats proposée. Une fois la page qui vous intéresse choisie, cliquez sur la flèche grisée qui apparaît à droite du résultat en question. Un aperçu de la page apparaît alors. Sous son titre, cliquez sur le lien "en cache" pour attribuer une adresse à la page demandée à l'instant T. En ajoutant ce lien à vos favoris, vous pourrez retrouver cette page à tout moment, telle qu'elle était lors de votre visite initiale.

Mais pour remonter vraiment le temps, il existe un outil encore plus puissant. En l’occurrence, un moteur spécialisé dans les pages archivées, Web Archive. Entrez l'URL du site de votre choix (de préférence un site de premier plan) dans le champ proposé, puis choisissez la date à laquelle vous souhaitez vous téléporter. L'occasion de se souvenir avec nostalgie de la toute petite start-up qu'était encore Google en 1999.

( FRANCETV INFO)

Faites appel à un spécialiste

Les moteurs de recherche généralistes sont parfaits pour les recherches du quotidien, mais dès lors que le filon qui vous occupe est d'un genre plus profond, autant faire appel à un moteur de recherche "vertical". Le terme regroupe tous ces outils spécialisés qui seront vos plus fidèles alliés dès lors qu'il s'agira d'optimiser la pertinence des résultats de vos recherches dans un registre donné.

On pourrait citer IconFinder pour les graphistes en panne d'inspiration ou encore Wolfram Alpha, le moteur spécialisé dans les questions scientifiques complexes. Au total, plus d'une centaine de moteurs et d'annuaires sont à la disposition des monomaniaques de tous poils, dans des registres aussi variés que l'actualité, la santé, la science et même la cuisine. Pour les trouver, un moteur de recherche horizontal, comme Bing ou Google, fera très bien l'affaire.

 

( FRANCETV INFO)

 

Il est trop tôt pour dire si Qwant s'inscrira dans cette catégorie-là. En attendant l'arrivée de Graph Search, le moteur développé par et pour Facebook, le nouveau site de recherche français se veut le premier moteur "socialement connecté".

Il met sur un même plan le web, le live (autrement dit l'actualité), le social (il reprend les derniers messages publics en rapport avec le sujet de recherche sur Facebook, Twitter et Google+), et le shopping, à travers quatre colonnes principales. Les photos et les vidéos surplombent l'ensemble et cela semble suffire à réinventer notre façon de surfer.