Ils voient tout, entendent tout. Dans son dernier film, le réalisateur américain Lee Daniels retrace la vie d'un majordome à la Maison Blanche. Le Majordome, qui sort en salles mercredi 11 septembre, s'inspire de l'histoire d'Eugene Allen, qui a servi auprès de huit présidents américains pendant 38 ans. 

En France aussi, comme le rappelle La Croix, "le majordome est en permanence" à la disposition du président, "dans un secret absolu". Pour ceux qui ont servi au plus près des chefs d'Etat français, le silence est donc de rigueur... la plupart du temps. Car certains sont passés outre. Francetv info revient sur ces petites anecdotes que des maîtres d'hôtel, et plus largement des chauffeurs ou encore des cuisiniers personnels ont lâché sur les présidents.

Chirac, papi heureux

Jean-Claude Laumond, chauffeur de Jacques Chirac pendant 25 ans, se souvient parfaitement du jour où le président est devenu grand-père, rappelle TF1 "Quand son petit-fils est né, Chirac m'a appelé, alors que j'étais dans le parc de l'Elysée. Il m'a alors lancé : 'Laumond, ça y est, je suis grand-père', raconte-t-il. Il voulait aller voir Martin, sans même prévenir la sécurité. Après que j'ai tenté de l'en dissuader, il m'a répondu : 'C'est qui le président ?' Et nous sommes partis. Le lendemain, je me suis fait disputer par la sécurité mais Chirac m'a toujours défendu." 

Giscard, fan de voitures

Le pâtissier des présidents a lui aussi ses souvenirs. Francis Loiget est resté 42 ans en poste à l'Elysée. Il se rappelle que Valéry Giscard d'Estaing "adorait conduire. Un soir, vers 22 heures, je me préparais à rentrer chez moi lorsque soudain, dans la cour est du palais de l'Elysée, j'entendis un bruit de moteur qui accélérait, rugissait, s'arrêtait, reprenait. Je m'approchai en douceur et découvris, étonné, le Président au volant d'un 4X4 ", raconte-t-il dans son livre Les Cuisines de l'Elysée.

Bernadette et son domaine réservé... aux hommes

Dans les cuisines de l'Elysée, dirigées par le chef Bernard Vaussion, la brigade, hormis les stagiaires, est entièrement masculine, rappelle Direct Matin. Et non, ce n'est pas un président qui a imposé cette condition, mais Bernadette Chirac. Le chef, qui prend sa retraite fin 2013, précise que l'ancienne Première dame "n'y tenait pas", ne voulant pas "déranger" l'harmonie derrière les fourneaux.

Présidentiels péchés mignons

Les viandes en sauce de Jacques Chirac, les poissons et viandes blanches de Nicolas Sarkozy, le retour du fromage sur la table de François Hollande... les cuisiniers de l'Elysée nous apprennent tout ce que nos présidents aiment manger.

Francis Loiget, le pâtissier, confie à propos de Bernadette Chirac : "Lorsque la Première dame de France arrivait en retard, elle demandait qu'on lui prépare un plat (...). C'était toujours le même menu : un thermos de soupe chaude avec une tranche de jambon et des fruits. Elle se débrouillait seule."

Yvonne, grande discrète

Les employés de l'Elysée sous la présidence de Charles de Gaulle ont eu peu de choses à raconter. Et pour cause, le couple détestait cet endroit. Yvonne de Gaulle avait donc limité les contacts avec les employés du palais. Dans De Gaulle, mon père, Philippe raconte l'installation de sa mère rue du faubourg Saint-Honoré. "Elle excluait tout le monde de ses appartements, excepté le maître d’hôtel-valet de chambre de mon père, le premier maître de la marine Hennequin, et son épouse la femme de chambre."