Onirique, féministe, écologiste : l'œuvre de Miyazaki en adjectifs

Le Japonais, grand maître du dessin animé, a annoncé sa retraite. "Le vent se lève", son dernier film, sort ce mercredi dans les salles.

"Mon Voisin Totoro", l'un des films les plus populaires du Japonais Hayao Miyazaki, est sorti en 1988.
"Mon Voisin Totoro", l'un des films les plus populaires du Japonais Hayao Miyazaki, est sorti en 1988. (STUDIO GHIBLI)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le dernier film du Japonais Hayao Miyazaki, Le vent se lève (Kaze Tachinu, en japonais), débarque dans les salles françaises mercredi 22 janvier. Ce onzième long métrage devrait être sa dernière œuvre cinématographique, puisque le maître de l'animation, âgé de 73 ans, a annoncé qu'il prenait sa retraite.

Francetv info retrace sa carrière, débutée dans les années 1960, en six adjectifs.

1Onirique, comme dans "Le voyage de Chihiro"

De nombreux critiques ont comparé le voyage initiatique de Chihiro, fillette de 10 ans, au périple d'Alice dans Les aventures d'Alice au pays des merveilles, de Lewis Carroll. Le réalisateur s'en est défendu mais, dans Le voyage de Chihiro, le rêve et le réel se fondent et se confondent. "L'imagination, ici, on l'aura compris, est une espèce de typhon qui ne laisse rien en place. La fantaisie et l'angoisse jaillissent au contact de personnages sujets à toutes les métamorphoses", écrivait Télérama lors de la sortie du film, en 2002.

Dans l'ensemble des films de Miyazaki, les apparitions de créatures irréelles évoquent, en filigrane, les différentes croyances qui existent au Japon, comme l'animisme, le shintoïsme et le bouddhisme. Ces êtres surnaturels font référence aux yôkaïs, des génies du folklore japonais décrits par Libération en 2006.

2Ecologiste, comme dans "Nausicaä de la vallée du vent"

En 1984, pour son premier film en tant que réalisateur, Hayao Miyazaki a choisi comme personnage principal une jeune princesse, Nausicaä, capable de communiquer avec tous les êtres vivants, et notamment des insectes géants. Ces derniers semblent menacer sa vallée. Mais la réalité est plus complexe. De cet univers où un village traditionnel, proche d'une mer toxique, est survolé par des soucoupes volantes, naît un nouveau genre qualifié de "science-fiction écolo" par Les Inrocks. Cet intérêt pour la nature traverse l'ensemble de l'œuvre de Miyazaki.

3Féministe, comme dans "Princesse Mononoké"

Les héros de Hayao Miyazaki ont très souvent été des héroïnes. Et elles ne tombent pas dans le cliché de la sensibilité et de la fragilité. Princesse Mononoké est la première à lui offrir un retentissant succès mondial alors qu'en 1997, il était encore méconnu du grand public. D'autres jeunes femmes et fillettes ont tenu les premiers rôles dans ses œuvres.

4Mignon, comme dans "Mon voisin Totoro"

Du chat noir et malicieux de Kiki la petite sorcière à Ponyo, les animaux de Miyazaki sont souvent craquants. Le plus emblématique est sûrement Totoro, devenu l'emblème du studio Ghibli.

5Aérien, comme dans "Le château dans le ciel"

Avions, hydravions, deltaplanes, vaisseaux en tout genre... Mis à part Princesse Mononoké et Ponyo sur la falaise, les films de Miyazaki prennent place dans les airs. Même Kiki la petite sorcière s'illustre avec son balai volant. L'aéronautique tient une place importante dans la vie du cinéaste. Pendant la guerre, son père, Katsuji Miyazaki, dirigeait une entreprise qui fabriquait des pièces d'avion : des gouvernes pour chasseurs Zéro, l'engin au cœur du Vent se lève.

Par ailleurs, le nom Ghibli, que Hayao Miyazaki a donné à son studio, "est un terme qu'utilisaient les pilotes italiens pendant la seconde guerre mondiale pour désigner leurs avions de reconnaissance, en référence au vent chaud qui souffle dans le désert du Sahara", raconte Le Monde.

6Traditionaliste

"Il y a une transition vers le numérique, et moi je déteste le numérique, je suis un cinéaste classique", a déclaré Hayao Miyazaki dans un entretien au Figaro. Il travaille "sans ordinateur, à la main avec de la peinture et de l'encre, dans la pure tradition des emakis, rouleaux qui se lisent de droite à gauche, ancêtres des mangas", a également raconté le quotidien. Cette méthode immuable rend ses œuvres intemporelles. Difficile, effectivement, de dater Le voyage de Chihiro, ou encore Le vent se lève, le dernier en date.