Cinéma. "La 3D ne devrait même plus faire débat" pour le réalisateur James Cameron

Son film culte "Terminator 2" est projeté pour une séance unique, jeudi, en version 3D. C'est le format de référence du réalisateur canadien que franceinfo a rencontré.

James Cameron à New York en août 2014.
James Cameron à New York en août 2014. (STAN HONDA / AFP)
avatar
Loïc PialatfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

James Cameron est sans doute aujourd'hui le réalisateur le plus puissant du monde. En 1997, il a explosé le box-office et remporté 11 Oscars avec Titanic. En 2009, Avatar a battu les records de recettes de l'histoire du cinéma.

En attendant les quatre suites d'Avatar, les amateurs du cinéma de Cameron peuvent aller voir la version 3D d'un autre de ses succès, Terminator 2 : le dernier jugement. Une séance unique est programmée jeudi 14 septembre dans les cinémas équipés Gaumont Pathé. Suivra une sortie en Blu-ray, DVD et VOD le 3 octobre. La 3D est le format de référence pour le réalisateur canadien qui a accepté de recevoir franceinfo à Los Angeles, aux États-Unis.

Entretien avec James Cameron à l'occasion de la sortie 3D de "Terminator 2" (Loïc Pialat)
--'--
--'--

La rencontre a lieu dans un hôtel au bord du Pacifique à un horaire étonnamment matinal pour une interview hollywoodienne. "C’est moi qui ai demandé à ce que ça se fasse tôt parce que je tourne 'Avatar', donc je dois y aller après tout ça", lance James Cameron qui lâche un "On y va !" en français. 

Avec des films qui ont rapporté 6 milliards de dollars au box-office mondial, James Cameron est incontestablement un réalisateur commercial. Sans lui, l’adaptation 3D de Terminator 2 : le dernier jugement, avec Arnold Schwarzenegger, 26 ans après sa sortie, aurait tout d’un énième coup marketing.

"Le film n'a jamais été aussi beau"

Obsédé du détail, le cinéaste a l’habitude d’exploser les budgets et de rendre fous ses collaborateurs comme les studios. "On a remasterisé le film en 4K [ultra haute définition] et les couleurs sont parfaites maintenant, indique-t-il. On a enlevé beaucoup de grain. Le film n'a jamais été aussi beau. Et si vous ajoutez la 3D, je crois que le résultat est plutôt pas mal."

Il ne voit plus le cinéma qu'en trois dimensions

Depuis le succès de Titanic, James Cameron fait ce qu’il veut à Hollywood. Et ce qu’il veut, c’est tourner en 3D. Qu’il filme les fonds marins dans le documentaire Fantômes du Titanic ou la planète Pandora dans Avatar, il ne voit plus le cinéma qu’en trois dimensions. 

Ce n'est compliqué à comprendre. Je n'ai qu'à compter le nombre d'yeux sur mon visage. C'est le nombre de caméras que nous devrions utiliser pour tourner nos films.

James Cameron, réalisateur

à franceinfo

"À ma connaissance, dans le royaume animal, tout le monde a au minimum deux yeux. Aucun animal n'a qu'un seul œil", rappelle encore ce cinéaste majeur qui a appris les effets spéciaux dans une bibliothèque universitaire.

De la 3D partout

James Cameron pourrait bien marquer le 7e art par ses innovations techniques autant que par ses films. "Je ne crois pas qu'il faut aller voir un film juste parce qu'il est en 3D, confie-t-il. Les studios ne paieront pour la 3D que pour leurs gros films. Mais moi, j'aimerais que la 3D soit partout et que ce ne soit même plus un sujet de discussion."

La 3D ne devrait plus faire débat. De la même manière que la couleur.

James Cameron, réalisateur

à franceinfo

Justement, James Cameron développe une technologie pour voir les films en 3D sans lunettes spéciales. Peut-être dès la sortie d'Avatar 2 en 2020.