Ce qu'il faut retenir de la cérémonie des César 2016

"Fatima" a reçu le César du meilleur film, tandis que Vincent Lindon et Catherine Frot ont été récompensés par les César des meilleurs acteurs.

Catherine Frot pose sur la scène du théâtre du Châtelet à Paris avec son César récompensant la meilleure actrice, vendredi 26 février 2016.
Catherine Frot pose sur la scène du théâtre du Châtelet à Paris avec son César récompensant la meilleure actrice, vendredi 26 février 2016. (PATRICK KOVARIK / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La 41e édition des César a tenu ses promesses, vendredi 27 février. Le rire a été assuré par la maîtresse de cérémonie, l'humoriste Florence Foresti. Et les larmes par les lauréats. Le palmarès a fait la part belle à des films engagés, à l'image de La loi du marché, mais aussi émouvants, comme Fatima ou Marguerite.

>> Revivez la soirée de remise des César

Francetv info liste ce qu'il faut retenir de cette cérémonie.

"Fatima" sur le toit du cinéma français

Portrait touchant d'une femme de ménage maghrébine qui élève seule ses deux filles, Fatima a décroché le très convoité César du meilleur film. 

"J'ose à peine croire que je suis là maintenant. Je dois énormément aux trois magnifiques interprètes de Fatima", a déclaré le réalisateur Philippe Faucon. "Je salue très bas Loubna Abidar [persécutée au Maroc pour son rôle dans Much Loved] qui ne joue pas dans "Fatima" mais à qui je rends hommage", a-t-il ajouté. Le film a également été récompensé du prix de la meilleure adaptation, et Zita Hanrot, qui joue le rôle de Nesrine dans ce long-métrage, a décroché le César du meilleur espoir féminin.

Vincent Lindon et Catherine Frot sacrés meilleurs acteurs

Vincent Lindon a obtenu le César du meilleur acteur - son premier - pour son rôle dans La loi du marché de Stéphane Brizé, un film cinglant sur la brutalité du monde du travail.

L'acteur y interprète un chômeur de longue durée, père d'un enfant handicapé, qui va d'entretiens d'embauche humiliants en stages inutiles. Après avoir été embauché comme vigile, il se retrouve face à un dilemme moral quand on lui demande d'espionner ses collègues. Vincent Lindon avait déjà décroché le prix d'interprétation à Cannes pour ce rôle. Il avait alors estimé que le prix était "un acte politique".

Catherine Frot a de son côté reçu le César de la meilleure actrice pour son rôle tragi-comique dans Marguerite, le film de Xavier Giannoli qui a séduit plus d'un million de spectateurs. La comédienne y incarne une riche héritière décidée, coûte que coûte, à réaliser son rêve : chanter des airs d'opéra sur une vraie scène, devant un vrai public, en dépit de sa voix de casserole.

Au Châtelet, la diva d'un soir a entonné la chanson Si tu veux Marguerite, avec justesse cette fois. "Plusieurs personnes m'ont dit que c'était un rôle à récompense. Donc ce César, je le dois à Marguerite elle-même, ou plutôt à celui qui l'a réinventée, Xavier Giannoli", a-t-elle glissé.

"Mustang" fait fort, "Marguerite" aussi

Nommé à neuf reprises, Mustang, ode à la liberté racontant l'odyssée de cinq soeurs adolescentes en Turquie, a reçu quatre prix, celui du meilleur premier film, du meilleur scénario original, du meilleur montage, et celui de la meilleure musique originale.

"C'est un immense honneur", a déclaré Deniz Gamze Ergüven, dont le film représente le France aux Oscars dimanche soir. "La journée a très bien commencé : Can Dündar [rédacteur en chef du quotidien d'opposition Cumhuriyet] est sorti de prison ce matin. C'est l'équivalent du rédacteur en chef du Monde mais en Turquie. C'est un petit signal que certaines personnes en Turquie ne sont pas tout à fait des pions et que le libre-arbitre existe encore et qu'un tas de gens très libres sont encore parmi nous", a-t-elle ajouté.

Autre grand favori avec onze nominations, Marguerite de Xavier Giannoli, portrait d'une diva à la voix de casserole, a également reçu quatre prix. Outre le César de la meilleure actrice attribué à Catherine Frot, le film a été récompensé pour ses costumes, le décor et le son.

L'émotion contagieuse de Rod Paradot, César du meilleur espoir masculin

Le jeune Rod Paradot, la voix coupée par l'émotion, a reçu le César du meilleur espoir masculin pour son rôle d'adolescent délinquant dans La Tête haute d'Emmanuelle Bercot, un film coup de poing dans lequel il interprète un ado délinquant.

Il s'agit d'un beau cadeau pour ce jeune homme qui était en CAP de menuiserie quand il a été repéré, à 18 ans seulement. Lors de son discours, il a remercié sa mère, mais également la conseillère principale d'éducation de son établissement scolaire.

Son discours, plein d'émotion, a suscité de nombreuses réactions sur Twitter.

La classe de Michael Douglas, en français dans le texte

L'acteur américain Michael Douglas, qui a reçu son deuxième César d'honneur à 71 ans, a évoqué avec humour sa carrière et remercié d'un sonore "Vive la France", dans un discours entièrement en français.

"Quand j'ai vu ce magnifique montage vidéo [de ma carrière] je me suis demandé: mais c'est qui ce jeune dans ces films ?'" a-t-il lancé, pince-sans-rire. L'acteur, déjà récompensé d'un César d'honneur en 1998 a rendu hommage aux grands acteurs français, "Belmondo, Alain Delon, Jeanne Moreau, Trintignant". "Pourquoi cette récompense est si importante à mes yeux ? Parce que je suis dans un pays qui a vu naître des idoles, et qui a vu naître le cinéma", a-t-il lancé, avant d'être chaleureusement applaudi.

VOICI LE PALMARES INTEGRAL DES CESAR 2016 :

• Meilleur film : Fatima de Philippe Faucon

• Meilleure actrice : Catherine Frot dans Marguerite

• Meilleur acteur : Vincent Lindon dans La Loi du marché

• Meilleure réalisation : Arnaud Desplechin pour Trois souvenirs de ma jeunesse

Meilleur espoir féminin : Zita Hanrot dans Fatima

• Meilleur espoir masculin : Rod Paradot dans La Tête haute

• Meilleure actrice dans un second rôle : Sidse Babett Knudsen dans L'Hermine

• Meilleur acteur dans un second rôle : Benoît Magimel dans La Tête haute

• Meilleur premier film : Mustang de Deniz Gamze Ergüven

• Meilleur film étranger : Birdman d'Alejandro Gonzalez Iñarritu

• Meilleur scénario original : Deniz Gamze Ergüven et Alice Winocour pour Mustang

 Meilleure adaptation : Fatima de Philippe Faucon

• Meilleure musique originale : Warren Ellis pour Mustang

• Meilleur documentaire : Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent

 Meilleur long-métrage d'animation : Le Petit prince de Mark Osborne

• Meilleur court-métrage : La Contre-allée de Cécile Ducrocq

 Meilleur court-métrage d'animation : Le Repas dominical de Céline Devaux

 Meilleurs décors : Martin Kurel pour Marguerite

Meilleurs costumes : Pierre-Jean Larroque pour Marguerite

• Meilleure photo : Christophe Offenstein pour Valley of Love

• Meilleur son : François Musy et Gabriel Hafner pour Marguerite

• Meilleur montage : Mathilde Van de Moortel pour Mustang