Six femmes accusent Brett Ratner, réalisateur de "Rush Hour", de violences sexuelles

Celui qui a également réalisé  "X-Men, l'affrontement final" a formellement démenti ces accusations.

Brett Ratner, le 26 février 2017 à Los Angeles (Etats-Unis). 
Brett Ratner, le 26 février 2017 à Los Angeles (Etats-Unis).  (STEWART COOK/SHUTTERSTO/SIPA / REX / SIPA)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La parole continue de se libérer à Hollywood après le scandale Weinstein. Les actrices Natasha Henstridge et Olivia Munn ainsi que quatre autres femmes ont accusé Brett Ratner, qui a notamment réalisé les blockbusters Rush Hour et X-Men l'affrontement final, de violences sexuelles, selon le Los Angeles Times. Le réalisateur de 48 ans a formellement démenti ces accusations dans une déclaration de son avocat au quotidien.

Natasha Henstridge, rendue célèbre par son rôle dans La Mutante en 1995, a accusé le réalisateur de l'avoir forcée à pratiquer une fellation alors qu'elle était mannequin à New York et âgée de seulement 19 ans. Brett Ratner, qui réalisait alors des vidéos musicales, "m'a tordu le bras. Et il s'est imposé physiquement", a déclaré l'actrice reconnaissant que, de guerre lasse, elle avait fait ce qu'il lui demandait. Elle a reconnu avoir été inspirée à prendre la parole par les dizaines de femmes ayant récemment dénoncé les violences sexuelles de Harvey Weinstein.

Son avocat rejette les accusations en bloc

Olivia Munn, qui a joué dans la série télévisée The Newsroom, a affirmé au quotidien que Brett Ratner s'était masturbé devant elle quand elle était sur le plateau de Coup d'éclat (2005). Elle avait évoqué cette agression dans un livre, mais sans donner de nom. Quatre autres femmes ont fait état de harcèlement sexuel.

L'avocat de Brett Ratner, Martin Singer, a rejeté toutes ces accusations. "Je représente M. Ratner depuis deux décennies et aucune femme ne l'a jamais accusé de comportement sexuel inapproprié ou de harcèlement sexuel", a affirmé l'avocat au quotidien dans une lettre de dix pages. "Qui plus est, aucune femme n'a jamais demandé ou conclu un accord financier avec mon client", a-t-il ajouté.