Deux hommes proches de la quarantaine convoitent la même femme, de dix ans leur cadette. Le casting de Gatsby le Magnifique, qui ouvre le 66e festival de Cannes, mercredi 15 mai, met en scène Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire et Carey Mulligan. Ces trois protagonistes sont jeunes, blancs, en majorité blonds. Le profil type des têtes d'affiches ?

Alors que débute le festival, francetv info a voulu dresser un portrait global des héros et héroïnes du cinéma d'aujourd'hui, en prenant pour repères les films produits en France et aux Etats-Unis en 2012, soit respectivement 153 et 152 productions. Quels modèles retrouve-t-on le plus souvent ? Quelle place pour les acteurs âgés ? Les rôles sont-ils répartis équitablement entre hommes et femmes ? Quelles minorités sont les plus représentées ? Voici les résultats détaillés de notre enquête, également publiée sous forme d'image. 

Le modèle dominant : un homme dans la quarantaine

L'acteur américain Ben Affleck dans le film "Argo", qu'il a également réalisé.
L'acteur américain Ben Affleck dans le film "Argo", qu'il a également réalisé. (KOBAL)

Aux Etats-Unis comme en France, les rôles principaux sont très largement attribués aux hommes : le premier nom cité au générique des films français et américains est masculin à respectivement 65% et 72% ; le second rôle se révèle lui aussi majoritairement masculin (62% et 60%). La répartition reste légèrement inégalitaire pour le troisième personnage (masculin à 55%) à Hollywood, mais tourne à l'avantage des femmes en France (55%).

A l'instar de Ben Affleck dans Argo, film oscarisé en février dont il est également le réalisateur, le héros type aux Etats-Unis a la quarantaine, plutôt entre 40 et 45 ans. Et 45-50 ans en France. L'enquête montre qu'il existe un étalement progressif des rôles en fonction de l'âge chez les hommes. Les personnages de jeunes premiers (moins de 30 ans) sont finalement assez peu distribués par rapport à ceux d'hommes "mûrs".

Les jeunes femmes plébiscitées, surtout à Hollywood 

L'actrice américaine Amanda Seyfried dans "Disparue", de Heitor Dhalia.
L'actrice américaine Amanda Seyfried dans "Disparue", de Heitor Dhalia. (KOBAL)

Il en va tout autrement avec les femmes. Pour être une tête d'affiche à Hollywood, mieux vaut avoir entre 25 et 30 ans. Keira Knightley (Anna Karenine), Blake Lively (Savages), Gina Carano (Piégée), Amanda Seyfried (Disparue), Greta Gerwig (Damsels in Distress)... toutes ont moins de 30 ans. Et le box-office américain applaudit ce jeunisme. Parmi les dix films les plus rentables en 2012, les seules actrices à tenir un premier rôle sont Jennifer Lawrence (Hunger Games) et Kristen Stewart (Twilight), toutes deux nées en 1990.

La France suit une tendance légèrement différente. Le nombre d'actrices de moins de 30 ans est certes nettement supérieur à celui d'acteurs du même âge (32 femmes pour 22 hommes), mais la tranche d'âge qui leur est la plus favorable est 35-40 ans, soit dix ans de plus qu'aux Etats-Unis, où la moitié des actrices ont moins de 34 ans. Elles sont encore 11% à avoir entre 45 et 50 ans en France, quand cette tranche d'âge n'est plus représentée que par 4% des interprètes outre-Atlantique. 

Quelques interprètes âgés, surtout en France

Guy Bedos, Pierre Richard, Jane Fonda, Claude Rich et Geraldine Chaplin dans le film "Et si on vivait tous ensemble?", de Stéphane Robelin.
Guy Bedos, Pierre Richard, Jane Fonda, Claude Rich et Geraldine Chaplin dans le film "Et si on vivait tous ensemble?", de Stéphane Robelin. (BAC FILMS)

De manière générale, le cinéma français accorde une place plus généreuse aux personnes âgées que les réalisateurs américains. Un rôle d'ampleur sur quatre, tous sexes confondus, est campé par un interprète de plus de 50 ans en France (24%). Aux Etats-Unis, il s'agit d'à peine un sur six (15%).

Les comédien(ne)s français(es) de plus de 70 ans ont eux aussi leur place en tête d'affiches. Ils représentent près de 5% des personnages en France, contre 2% aux Etats-Unis. Côté masculin, le plus vieil acteur à avoir donné la réplique est Jean d'Ormesson (Les Saveurs du palais), âgé de 85 ans. La doyenne est Jeanne Moreau, 85 ans, à l'affiche de deux films en 2012 (Gebo et l'ombre, Une Estonienne à Paris).

Des films de groupe très masculins

Ramzy Bédia, Franck Dubosc, Joey Starr, Gad Elmaleh et Omar Sy, dans "Les Seigneurs", d'Olivier Dahan, sorti en septembre 2012.
Ramzy Bédia, Franck Dubosc, Joey Starr, Gad Elmaleh et Omar Sy, dans "Les Seigneurs", d'Olivier Dahan, sorti en septembre 2012. (WARNER BROS)

Si l'on élargit les critères de cette enquête au troisième nom cité au générique, et plus seulement aux deux premiers, on constate que les films tendance "unisexe" sont en grande majorité masculins. Aux Etats-Unis, 12% des longs métrages ont pour rôles principaux trois hommes, contre 3% pour les femmes. La situation est semblable, quoique moins écrasante en France, où l'écart est réduit à 9% pour la catégorie hommes, contre 5% pour celle des femmes.

Nous parlons ici de la totalité des films, mais au box-office, cette distribution est encore plus déséquilibrée, surtout dans l'Hexagone. Sur les dix films français les plus vus au cinéma en 2012 (article de CBO box-office réservé aux abonnés), la moitié n'accordent aucun des trois premiers rôles aux femmes (Sur la piste du Marsupilami, La Vérité si je mens, Astérix et Obélix : au service de sa Majesté, Les Seigneurs et Stars 80). Aux Etats-Unis, trois films sur les dix premiers présentent la même particularité (AvengersLe Hobbit : un voyage inattendu et Men in Black 3). 

Des minorités plus ou moins visibles

Michael Pena et Jake Gyllenhaal, acteurs principaux de "End of Watch", film américain de David Ayer.
Michael Pena et Jake Gyllenhaal, acteurs principaux de "End of Watch", film américain de David Ayer. (METROFILMS)

Les chiffres recueillis permettent également de se faire une idée de l'apparence physique des protagonistes. Le héros de 2012 est blanc à 90% aux Etats-Unis, 83% en France. Côté femmes, elles sont 90% à avoir la peau blanche en France, contre 80% outre-Atlantique. Dans l'Hexagone, la minorité visible la plus représentée est celle d'origine nord-africaine. Les hommes appartenant à celle-ci interprètent 20 rôles pour 153 films, avec des acteurs comme Roschdy Zem, Tahar Rahim ou Samir Guesmi. Aux Etats-Unis, il s'agit de la femme noire (11 rôles pour 152 films).

Qui sont les grands absents de ce tableau ? Trois catégories se dessinent.

• En France, tout d'abord, il s'agit de la femme noire. Si l'on exclut les coproductions en Afrique noire, seule la Guadeloupéenne Firmine Richard a incarné un personnage d'ampleur au cinéma l'an dernier (Bowling).

• Aux Etats-Unis, ensuite, les hommes d'origine latino-américaine sont presque absents, avec quatre rôles sur un total de 199.

• La troisième catégorie vaut pour les deux pays. Sur les 610 acteurs et actrices qui constituent notre base de données, seuls sept sont d'origine asiatique. Ils apparaissent principalement dans des coproductions tournées en Asie, comme The Raid, 11 Fleurs ou Like Someone in Love.

Les rousses oui, les roux non

Jessica Chastain, actrice américaine, et Tom Hardy, acteur britannique, dans "Des Hommes sans loi", de John Hillcoat.
Jessica Chastain, actrice américaine, et Tom Hardy, acteur britannique, dans "Des Hommes sans loi", de John Hillcoat. (ARCHIVES DU 7EME ART)

Scrutons enfin la couleur de cheveux des protagonistes. Tandis que les hommes en vedette sont globalement bruns ou châtains (à 82% aux Etats-Unis et à 72% en France), les femmes présentent une bien plus grande diversité capillaire. Les blondes américaines occupent 33% des premiers rôles, tandis que seuls 6% des acteurs principaux sont blonds. La blondeur est un peu moins plébiscitée en France, où "seulement" 23% des actrices sont blondes (et 8% des acteurs).

Sans surprise, les comédiennes de plus de 50 ans ont toutes les cheveux teints, à l'exception de Judi Dench, Emmanuelle Riva, Edith Scob, Hélène Vincent et Laura Soveral. Plus surprenante peut-être, l'inégale répartition des rôles parmi les roux, qui tourne nettement à l'avantage des femmes. En tout, 19 actrices rousses ont tenu le devant de la scène en 2012, contre trois hommes seulement : le Britannique John Henshaw (La Part des anges), l'Italien Filippo Pucillo (Terraferma) et l'Américain Zach Galifianakis (Moi, député).