Barack Obama au secours des utilisateurs de Facebook et Google ? La Maison Blanche a proposé jeudi 23 février d'établir une "déclaration des droits" afin de protéger la vie privée des internautes. Cette initiative, qui rappelle la proposition présentée fin janvier de la commissaire européenne Viviane Reading, pourrait donner à terme davantage de moyens au gouvernement face aux géants du secteur. 

"A mesure qu'évolue internet, la confiance du consommateur est essentielle pour la poursuite de la croissance de l'économie numérique. C'est pour cette raison qu'une déclaration des droits de la vie privée sur internet est aussi importante", a déclaré le président américain. 

Aux Etats-Unis comme en France, le sujet est sensible. Des fleurons du net comme Google ou Facebook sont régulièrement critiqués pour suivre à la trace les activités en ligne de leurs clients et d'utiliser ces informations pour envoyer des publicités ciblées. Le 17 février, Google était d'ailleurs pris en flagrant délit d'espionnage des utilisateurs du navigateur d'Apple, Safari.

Aucune mesure contraignante pour le moment

La déclaration des droits proposée énumère sept protections de base, indique le site AdAge (article en anglais), que les sociétés devraient pouvoir fournir aux internautes, comme la maîtrise du type de données collectées et la transparence sur leur utilisation. Elle prévoit également de fixer des limites raisonnables aux données que les sociétés peuvent essayer de collecter et de conserver.

Pour l'instant, la proposition n'impose aucune obligation aux entreprises du Web. Elles seront invitées à adopter volontairement ces principes. Si elles s'y engagent, elles s'exposeront à des sanctions en cas de non-respect de leurs obligations. Mais le président Barack Obama a souligné que cette déclaration s'inscrirait dans un ensemble de mesures plus larges, visant à donner aux Américains un contrôle accru de leurs données personnelles transitant sur la Toile.