VIDEO. En Nouvelle-Zélande, un fleuve obtient un statut d'entité vivante

Les Maoris se battaient depuis plus de 160 ans pour la protection de ce fleuve.  

Voir la vidéo
FRANCEINFO
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le troisième plus long cours d'eau de Nouvelle-Zélande bénéficie d'un statut très spécial : celui de personnalité juridique. Révéré comme étant sacré par les Maoris, le fleuve Whanganui, ou Te Awa Tupua dans leur langue, a été reconnu par le Parlement néo-zélandais, mercredi 15 mars, comme une entité vivante. C'est une première mondiale.

"Il aura sa propre identité juridique, avec tous les droits et les devoirs attenants, a déclaré le ministre de la Justice, Chris Finlayson. Cette approche accorde à un fleuve une personnalité juridique est unique."

Deux avocats nommés pour défendre le fleuve

La tribu maorie nommée comme le fleuve, Whanganui, lutte pour la reconnaissance de ses droits sur ce cours d'eau depuis les années 1870. "La nouvelle législation est une reconnaissance de la connexion profondément spirituelle entre l'iwi [tribu] Whanganui et son fleuve ancestral", a indiqué le ministre. Le cours d'eau est un être vivant unique, "partant des montagnes jusqu'à la mer" et la nouvelle législation protège aussi "ses affluents et l'ensemble de ses éléments physiques et métaphysiques".

Concrètement, les intérêts du cours d'eau seront désormais défendus dans les procédures judiciaires par une équipe composée de deux avocats, l'un représentant la tribu et l'autre représentant le gouvernement.

L'iwi a également reçu 80 millions de dollars néo-zélandais (52 millions d'euros) au titre des frais de justice après un long marathon judiciaire, ainsi qu'une somme de 30 millions de dollars pour améliorer l'état du cours d'eau.

Le fleuve Whanganui, dans le parc national Whanganui, en Nouvelle-Zélande, le 20 février 2014.
Le fleuve Whanganui, dans le parc national Whanganui, en Nouvelle-Zélande, le 20 février 2014. (ANNA GORIN / MOMENT OPEN / GETTY IMAGES)