Bilan économique un an après l'élection présidentielle

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 04/05/2013Durée : 00h40

Voir la vidéo

Mis à jour le , publié le

Un an de présidence Hollande, c'est l'occasion de prendre du recul et de dresser le bilan de la politique économique. Le chef de l'Etat est-il sur la bonne voie, ou bien s'est-il engagé sur des promesses intenables.

Trois scènes de campagne pour celui qui était alors candidat à l'Elysée. 24 février 2012, François Hollande s'invite à Florange. Face aux salariés, il promet de se battre pour garder les hauts-fourneaux en vie.

Ce qui compte, c'est de parler et de tenir parole. On va tout faire pour que ce site puisse vivre.

Quelques jours avant sa victoire, ce sont les ouvriers de PSA Aulnay qu'il tente de rassurer.

Je sais votre inquiétude et votre mobilisation. face aux salaries qui craignent une fermeture, François Hollande s'avance : "Que fait le gouvernement ?" Un an après, l‘Etat n'a pas pu faire grand chose. A Aulnay-sous-Bois, l'usine PSA fermera. Chez Petroplus, Les ouvriers de Florange ont souvent interpellé le Président.

Vous attendez quoi ? Qu'il y ait un malheur, ici.

Pour tous ces salariés, la première année de François Hollande à l‘Elysée laisse un goût amer.

On avait une espérance. Ca ne nous convenait pas avant alors on a changé.

Vous revoteriez pour François Hollande.

Ah nan, je ne pourrais pas.

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a volé de conflit en conflit. Malgré les échecs de Petroplus, Florange et PSA.

L'industrie française, ce n'est pas trois dossiers. On s'est battus, on a fait tout ce qu'on pouvait dans ces 3 dossiers. On a des réussites. M-Real, ce sont 200 employés d'une papeterie qui devait fermer. C'était des dossiers aussi de la campagne.

Pour certains économistes, François Hollande a fait des promesses qu'il pouvait difficilement tenir.

Son erreur a été de s'engager sur la défense des emplois, et d'industries qui étaient anciennes et qui avaient des crises structurelles.

Pour sauver les emplois, voici les armes du Président : crédit d'impôt compétitivité.

Marine Le Pen était en campagne à Villeneuve-sur-Lot, le fief de Jérôme Çahuzac.

Le JT
Les autres sujets du JT