Une enseignante publie les "anti-perles du bac", contre l'impression du "niveau qui baisse"

Une professeur de lettres d'Alfortville a lancé une plateforme pour répertorier les "pépites" du bac, comme contre-pied aux "perles du bac" diffusées chaque année.

La professeure de lettre Françoise Cahen a lancé une plateforme sur Internet pour recenser les \"pépites\" du bac, mercredi 5 juillet 2017.
La professeure de lettre Françoise Cahen a lancé une plateforme sur Internet pour recenser les "pépites" du bac, mercredi 5 juillet 2017. (CAPTURE ECRAN / PADLET.COM)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Des paroles touchantes, impressionnantes, ou des écrits brillants. Voilà ce qui est – aussi – passé sous les yeux des professeurs pendant l'édition 2017 du baccalauréat. Les traditionnelles "perles du Bac", composées de fautes d'orthographe énormes, de contre-sens flagrants, d'anachronismes ahurissants... et souvent de faux témoignages, nous font souvent sourire. Mais qu'en est-il des réussites ? Une professeure de lettres d'un lycée d'Alfortville (Val-de-Marne) a choisi de les mettre en valeur en les recensant sur la plateforme Internet Padlet

Parmi les "anti-perles", cet extrait émouvant d'un devoir d'invention au bac de français : "Des trois soldats, un seul eut le courage de regarder vers la caméra, écrit un élève anonyme. Il me bouleversa. Au-delà d'un homme, je vis la souffrance. Au-delà de ses yeux, je vis l'horreur. Pas seulement la sienne, mais aussi la mienne. Je voyais en ses yeux l'origine de toute souffrance."

Si certains se font remarquer par leur jolie prose, d'autres impressionnent à l'oral. Dans les témoignages, ce professeur dit avoir été surpris par un élève pendant l'oral de français.

Un jeune homme, habillé de façon 'street', après une question sur le mythe de Sisyphe, s'écria : 'Ce qu'on appelle une raison de vivre est en même temps une excellente façon de mourir'. Il me surprit abondamment.

Un examinateur de l'oral de français

"Anti-perles du bac"

Valoriser les élèves

"J'ai créé cet espace parce que je trouve malsain l'instinct qui pousse certains à exhiber les faiblesses des lycéens, explique à franceinfo Françoise Cahen, la professeure à l'origine de cette initiative. Qu'ont-ils à prouver au juste ? Mes collègues aussi en ont assez des perles, qui renforcent la fameuse impression du 'niveau qui baisse'."

Dans le même temps, l'enseignante comprend "l'amusement attendri" qu'engendrent certaines fautes. Mais pour elle, "les gros rires qu'elles provoquent sont souvent doublés de la condescendance malsaine des adultes qui auraient besoin de prouver combien les plus jeunes seraient moins intelligents, moins cultivés".

Il y a une jubilation un peu perverse dans cette collecte annuelle qui me contrarie, car elle occulte tous ces jolis moments où nous tombons sur des pépites. Et à mon avis, ces moments ne sont pas moins nombreux.

Françoise Cahen

à franceinfo

Elle-même correctrice du bac cette année, la chercheuse a encouragé ses collègues à poster eux aussi les meilleurs compositions sur la plateforme. Une initiative saluée par plusieurs enseignants.

Je partage votre lassitude quand j'entends les sempiternelles lamentations au sujet du niveau des jeunes, cet esprit de raillerie est le contraire de ce que nous devrions chercher à cultiver.

Hélène Le Fur

sur la plateforme "Anti-perles du bac"