Aubagne : gratuité permanente des transports en commun, une mesure positive

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 18/03/2014Durée : 00h48

Voir la vidéo

Mis à jour le , publié le

Des villes ont adopté la gratuité des transports de façon définitive. La population laisse donc plus volontiers les voitures au garage. La ville d'Aubagne est pionnière : c'est une réalité depuis 5 ans. 12 communes alentour sont même desservies.

C'est un coin de France où les voitures restent souvent au parking. Elvire Rodriguez vit à 4 km du centre d'Aubagne. Pour cette retraitée de la fonction publique, le bus gratuit est une bénédiction.

Ça nous isole moins, on sort plus souvent.

Depuis 5 ans, autour de cette ville des Bouches-du-Rhône sont gratuits. 11lignes de bus pour une agglomération de 103.000 habitants, 12 communes desservies. Des usagers qui ont senti la différence dans le porte-monnaie.

J'ai des enfants qui habitent aux alentours. C'est gratuit, je vais et je viens parce que je suis seule. Pour les courses, pour tout. Je n'ai pas de véhicule. J'économise 40 euros par mois.

Je paye des manèges à mes enfants, le cinéma.

Les contrôleurs n'ont pas disparu mais ils ne contrôlent plus. Ils aident, renseignent et n'ont plus de fraudeurs à identifier. Contrairement aux craintes des opposants au système, les incivilités ont diminué. Les rapports avec les plus jeunes ont même évolué.

Le matin, reprendre le rythme de l'école, c'est pas évident. C'était très difficile dans le sens où on les verbalisait. A chaque fois qu'ils nous voyaient monter, ils étaient stressés. Maintenant, c'est plus détendu.

Ciao.

Au revoir.

La gratuité a surtout changé le visage des rues d'Aubagne. 5.000 trajets en voiture en moins chaque jour. Une augmentation fulgurante de la fréquentation. 1,9 million de voyages payants en 2008. 4,8 millions de gratuits en 2013. Une hausse de 150 % dont les jeunes sont les premiers bénéficiaires.

Sur le premier emploi, les jeunes commencent en utilisant les transports en commun. C'est une double satisfaction puisque c'est des voitures en moins. Et c'est sur un public qui n'a pas un gros pouvoir d'achat.

Le tout, sans augmentation des impôts locaux. La mesure est financée par les nombreuses entreprises de la région. Une taxe sur la masse salariale passée de 0,5 a 1,8 %. Cette société de 150 employés a choisi de quitter Marseille à 20 km. La gratuité a pesé dans la balance.

C'est un point positif qu'on peut valoriser auprès des salariés, rejoindre une ville qui permet l'accès à l'entreprise à coût réduit.

La communauté d'agglomération continue d'investir. A la fin de ce chantier en septembre, Aubagne va inaugurer son tramway. Lui aussi sera gratuit, une première mondiale.

Le JT
Les autres sujets du JT