Vidéos de poussins broyés : six mois de prison avec sursis requis contre le dirigeant d'un couvoir

La plainte a été déposée par l'association L214, qui a publié à plusieurs reprises des vidéos révélant les traitements cruels réservés aux poussins dans les couvoirs.

Capture d'écran d'une vidéo de l'association L214, publiée en 2014, révélant le traitement des poussins dans le couvoir de Saint-Hernin (Finistère).
Capture d'écran d'une vidéo de l'association L214, publiée en 2014, révélant le traitement des poussins dans le couvoir de Saint-Hernin (Finistère). (YOUTUBE / FRANCETV INFO)

Mis à jour le , publié le

Une peine de six mois de prison avec sursis a été requise, mardi 2 février, au tribunal correctionnel de Brest, à l'encontre du président du couvoir Saint François à Saint-Hernin (Finistère). Il est poursuivi pour des actes de cruauté envers des poussins, après une plainte déposée par l'association de défense des animaux L214.

Le patron a reconnu les faits

Le parquet a également requis une amende de 30 000 euros dont 15 000 avec sursis à l'encontre du couvoir. Le jugement a été mis en délibéré au 8 mars. Pendant l'audience, le dirigeant du couvoir, Daniel Glevarec, a partiellement reconnu les faits. Il a assuré avoir été au courant de certaines pratiques non-conformes avec la législation, mais ne pas les avoir cautionnées.

L'association L214, qui s'est constituée partie civile, avait publié en novembre 2014 sur son site une vidéo dénonçant les conditions de vie et de mort des poussins dans ce couvoir breton. Sur ces images, un employé montre des poussins mis dans des sacs en plastique et étouffés, jetés vivants dans une benne à ordures et agonisant. Certains sont jetés dans le broyeur alors qu'ils sont encore vivants.

Attention, le contenu de cette vidéo est violent et peut choquer.

Des pratiques cruelles

L'association L214 a comptabilisé plus de 100 000 poussins mis à mort de cette façon en 2014, alors que cette pratique n'est pas autorisée. L'association a publié deux vidéos à l'hiver 2015, révélant la cruauté d'une autre pratique : l'épointage. Cette technique de mutilation consiste à couper l'extrémité des becs des canetons mâles pour éviter que les animaux ne se blessent dans les élevages intensifs.

Attention, le contenu de cette vidéo est violent et peut choquer.