VIDEO. Il reste des pigeons voyageurs dans l'armée française

Environ 150 volatiles sont entretenus au Mont Valérien, près de Paris, essentiellement pour les commémorations. Mais ils pourraient servir en cas de catastrophe majeure.

Voir la vidéo
DIEGO GARCIA - FREDERIC FAURE / FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Il reste des pigeons voyageurs au Mont Valérien (Hauts-de-Seine), près de Paris. Il s'agit du dernier colombier militaire d'Europe. Quelque 150 pensionnaires demeurent dans ce lieu historique, essentiellement pour entretenir la tradition. Des troupes d'élite, régulièrement passées en revue, des athlètes de haut niveau et qui sont des militaires avant tout.

Le pigeon "peut voler jusqu'à 120 km/h, il peut parcourir plusieurs milliers de kilomètres pour revenir à sa base", détaille le capitaine Henry, du 8e régiment de transmissions. Le pigeon soldat a déjà fait ses preuves pendant la première guerre mondiale. Une période où tout autre transmission était impossible. Le volatile est aussi l'ancêtre du drone, puisqu'en 1916, équipé d'un appareil photo, il servait aussi à espionner l'ennemi.

Le député du Nord apparenté UMP Jean-Pierre Decool n'a pas oublié ces services rendus à la nation. A l'heure d'internet et des satellites de communication, ce colombophile passionné affirme qu'en cas de catastrophe majeure, le pigeon serait le seul et unique recours. La catastrophe de Fukushima a renforcé sa conviction. Si les pigeons français n'officient que pour les commémorations militaires, l'armée chinoise a recruté 10 000 pigeons voyageurs l'an dernier.

Des pigeons à Paris, Quai d'Orléans sur l'île Saint-Louis à Paris.
Des pigeons à Paris, Quai d'Orléans sur l'île Saint-Louis à Paris. (MICHEL SETBOUN / AFP)