Marius, le girafon du zoo de Copenhague (Danemark), le 7 février 2014, deux jours avant son euthanasie controversée.
Marius, le girafon du zoo de Copenhague (Danemark), le 7 février 2014, deux jours avant son euthanasie controversée. (KELD NAVNTOFT / SCANPIX DENMARK / AFP)

Il ne fait pas bon être une girafe et s'appeler Marius au Danemark. Le zoo de Jyllands Park pourrait abattre l'un de ses pensionnaires, quelques jours seulement après l'exécution controversée d'un girafon au zoo de Copenhague, a annoncé mercredi 12 février une agence de presse locale.

Dimanche, Marius, un an et demi, a été euthanasié puis autopsié en public dans la capitale danoise, suscitant les protestations de certains défenseurs de la cause animale. Le girafon, pourtant en bonne santé, a été abattu plutôt que castré ou réintroduit dans la nature afin d'éviter la consanguinité entre girafes, a assuré le zoo pour expliquer son geste.

Le cas de figure pourrait se reproduire à Jyllands Park, si le zoo parvient à acquérir une femelle, selon une gardienne. Problème pour Marius, âgé de 7 ans : la structure accueille déjà un autre mâle, plus jeune, nommé Elmer. "Nous ne pouvons pas avoir deux mâles et une femelle, précise la gardienne. Ils pourraient se battre entre eux." Une euthanasie ne manquerait pas de susciter une nouvelle vague de protestations.