Le tendre kangourou était sans doute un assassin

Une photo virale d'un couple de marsupiaux australiens a été interprétée par les internautes comme une marque de tendresse d'un mâle pour sa femelle à l'agonie. Un non-sens, selon les scientifiques.

La photo devenue virale d'un trio de kangourous : le mâle, la femelle et le petit.
La photo devenue virale d'un trio de kangourous : le mâle, la femelle et le petit. (EVAN SWITZER)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Touchante, cette tendre image d'un kangourou tentant de relever sa femelle morte pour la montrer une dernière fois à leur petit ? Signée Evan Switzer et reproduite sur le compte Twitter de la radio australienne ABC Radio Brisbane, l'image est devenue virale. Le photographe affirme avoir reçu des appels de toute la planète : Italie, Etats-Unis, Londres…

Le cliché était présenté comme un effort désespéré du mâle pour permettre à sa compagne agonisante d'échanger un dernier regard avec leur petit. Attendrissant, et totalement faux. L'intention est tout autre, tranche le scientifique Mark Eldridge, dont les propos sont rapportés dans un article (en anglais) publié sur le site de l'Australian Museum : "Le mâle est de toute évidence très stressé et agité, explique ce spécialiste des marsupiaux. Il est aussi sexuellement excité, comme on le voit clairement derrière son scrotum" (le pénis des marsupiaux est situé derrière leur scrotum). En réalité, donc, le mâle essaie de redresser la femelle pour s'accoupler avec elle.

Pire, le kangourou mâle est peut-être l'assassin

Un autre spécialiste, Derek Spielman, de l'université de Sydney, réfute également cette vision anthropomorphique. Pulvérisant toute lecture romantique du cliché, il fait même du kangourou mâle un assassin potentiel.

Selon lui, quand les kangourous mâles sont dans un grand état d'excitation sexuelle, ils peuvent devenir très agressifs et tuer les femelles si elles ne sont pas suffisamment coopératives. "Ce n'est pas l'intention de départ, mais ça peut être le résultat", explique-t-il au journal Guardian Australia (en anglais). "Aussi, interpréter ce geste comme la volonté de réconforter une femelle ou un petit est une erreur de taille. D'autant que le mâle pourrait être à l'origine de la mort de la femelle."