La Terre a perdu plus de la moitié de ses populations d'animaux vertébrés en quarante ans

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) publie jeudi son rapport planète vivante : un indicateur de la santé du monde animal unique en son genre. Le constat est alarmant.

Un éléphant d\'Afrique photographié dans le parc national Hwange au Zimbabwe le 17 novembre 2012.
Un éléphant d'Afrique photographié dans le parc national Hwange au Zimbabwe le 17 novembre 2012. (MARTIN BUREAU / AFP)
logo
Anne-Laure BarralfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

En quarante ans, plus de la moitié de nos populations d'animaux vertébrés a été décimée. C'est le bilan dressé par le WWF dans son rapport Planète Vivante, publié jeudi 27 octobre. 

Ce rapport est un indicateur unique en son genre. Il compulse les données sur près de 4 000 espèces de mammifères, d'oiseaux, de poissons entre 1970 et 2012 sur l'ensemble du globe. Le constat est grave : si rien n'est fait, en 2020, les populations d'animaux auront encore décliné de 67%.

Élephants, dauphins, grenouilles en danger

Selon les bases de données scientifiques qui comptent 3 700 espèces animales sur 14 000 zones du globe, c'est une sixième extinction de masse qui est en train de se produire. Par exemple, la situation des éléphants d'Afrique, qu'ils soient au Kenya, en Tanzanie, ou au Tchad, est alarmante. Plus de 110 000 pachydermes ont disparu ces dix dernieres années. Il en resterait moins d'un demi-million.

Mais des espèces moins emblématiques, comme les dauphins d'Irrawady pris dans les filets des pêcheurs, connaissent aussi un déclin fulgurant. Les grenouilles et autres batraciens ont décliné par endroit de 80%.

La majorité de la planète transformée par l'Homme

La cause principale : c'est la main de l'homme qui bétonne les zones humides ou qui déforeste pour faire de grands champs de soja ou de palmiers à huile. Notre alimentation se base seulement sur 12 plantes : blé, riz, maïs, et cinq espèces animales, laissant peu de places aux autres.

Ce rapport fait dire au WWF que nous sommes entrés dans une nouvelle ère de l'histoire de planète : celle de l'Anthropocène, la majorité de la surface de la Terre a désormais subi la transformation de l'homme.