Interdiction de la pêche en eau profonde: un "grand souffle donné aux écosystèmes profonds" selon l'ONG Bloom

L'interdiction de la pêche à plus de 800 mètres de profondeur entre en vigueur jeudi, après plusieurs années de combat politique. Invitée de franceinfo, Claire Nouvian, présidente de l'association Bloom, a estimé que ce type de pêche, moins rentable et nocive pour l'environnement, n'avait plus de raison d'exister.

La France met fin au chalutage à plus de 800 mètres de profondeur.
La France met fin au chalutage à plus de 800 mètres de profondeur. (THIERRY CREUX / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Après quatre ans de discussion, l’interdiction de la pêche à plus de 800 mètres de profondeur à l’échelle européenne entre en vigueur jeudi 12 novembre. Pour Claire Nouvian, présidente de l’association Bloom et invitée de franceinfo, c’est la fin d’une bataille. "Ça a été un peu glauque politiquement et brutal humainement" commente-t-elle. 

Les partisans de l'interdiction ont notamment dû faire face à la pression des lobbys de la pêche et des chaluts dont l’impact écologique est conséquent puisque "le chalut est très dépendant d’une consommation de gasoil". Ces bateaux de pêches qui allaient chercher des poissons jusqu’à 2 000 mètres dérangeaient "des coraux qui vivent 4000 ans. Cela n'avait aucun sens de faire passer des énormes bulldozers dans les fonds marins".

Les espèces pourront se reproduire

L’association Bloom a pu compter sur le soutien de la grande distribution. "Intermarché a vraiment entendu l’appel des citoyens et le mécontentement de leurs acheteurs dans les magasins et a décidé de se désengager totalement de la pêche en eau profonde d’ici 2025" explique-t-elle. Dans une logique industrielle, le timing est plutôt court.

Cette interdiction va donc pouvoir permettre de sauver quelques espèces comme les requins. "En dix ou quinze ans, on a vu les populations de requins chuter de 80 à 90%" souligne Claire Nouvian. Et elle ajoute : "On espère qu’en les laissant souffler ils vont avoir l’occasion de se reproduire et de se porter bien à nouveau. C’est un grand souffle donné aux écosystèmes profonds".

Certains poissons qui vivent à ces profondeurs ont une longévité importante qui peut atteindre 150 ans. Leurs cycles de reproduction sont donc très lents. Si la France salue aujourd'hui l'entrée en vigueur de cette interdiction, c'est aussi parce que la dernière flotte de bateaux français à pêcher à plus de 800 mètres s'est engagée à cesser cette activité.

"C'est un grand souffle donné aux écosystèmes profonds" selon Claire Nouvian

00:00-00:00

audio
vidéo