Comment un petit tigre exhibé dans un quartier de Seine-Saint-Denis s'est retrouvé confié à un refuge de la Loire

Une fois les forces de l'ordre sur la piste du félin, il a été abandonné par son ou ses propriétaires, trouvé par des particuliers, et finalement transporté samedi 18 juin dans un refuge de la Loire.

Le tigre boit son biberon au parc de Saint-Martin-la-Plaine (Loire) le 19 juin 2016.
Le tigre boit son biberon au parc de Saint-Martin-la-Plaine (Loire) le 19 juin 2016. (FRANCE 3 RHONE ALPES)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Au départ, c'est une rumeur. Un bébé tigre est caché à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Moyennant quelques euros, on peut se prendre en photo avec le félin. Puis la rumeur est confirmée courant juin, lorsque l'exploitation du téléphone portable d'une personne placée en garde à vue dans une affaire de stupéfiants révèle des vidéos, sur lesquelles on voit "des jeunes de la cité des Boute-en-train [à Saint-Ouen] avec un bébé tigre". C'est ce qu'explique le parquet de Bobigny dans un communiqué diffusé vendredi 17 juin.

Des photos circulent également sur les réseaux sociaux. "Des jeunes dealers s'amusaient à se prendre en photo" avec le tigre, explique un policier, selon lequel le selfie se monnayait "autour de cinq euros". Il a sans doute été acheté à un cirque itinérant.

Repéré à Noisy-le-Sec

Le parquet de Bobigny se saisit de la poursuite des investigations. La police interpelle deux jeunes femmes : l'utilisatrice d'un compte Facebook sur lequel figurent des photos du félin et sa sœur. "Les auditions et perquisitions ne permettant pas de localiser l'animal", elles sont remises en liberté, relate le parquet.

Mais ces interpellations suscitent un "effet de panique". Le tigre est abandonné. Il est retrouvé jeudi dans la soirée, non pas à Saint-Ouen, mais à Noisy-le-Sec, à une dizaine de kilomètres. Un habitante de cette ville rentrait chez elle avec l'animal, après l'avoir repéré dans une caisse. Elle n'avait pas prévenu la police, mais des associations de défense des animaux, qui ont contacté les services de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

"Il est tout gentil, complètement imprégné de l'homme"

Finalement, le tigre est confié vendredi soir à l'association Tonga terre d'accueil, qui recueille des fauves et des primates à Saint-Martin-la-Plaine, dans la Loire. Le félin est arrivé samedi midi dans ce centre, qui héberge 17 autres grands félins. Pendant ce temps, une journaliste de M6 venue enquêter à Noisy-le-Sec sur l'affaire était "violemment délestée de sa caméra", selon Le Parisien.

Le président de l'association, Pierre Thivillon, a assuré qu'il s'agissait d'un mâle, contrairement à de premières informations évoquant une tigresse. "Il est en bonne santé", indique à France 3 Rhône-AlpesNicolas Franc, soigneur.

Il a été installé dans la cage mitoyenne d'une tigresse : "S'ils s'entendent bien nous les mettrons ensemble." "Il est tout gentil, complètement imprégné de l'homme. Il doit s'habituer à être avec des tigres", ajoute Pierre Thivillon.

Dans un communiqué, l'ONCFS rappelle que "la détention des félins est interdite pour des particuliers, ces animaux pouvant être particulièrement dangereux lorsqu'ils arrivent à l'âge adulte". L'Office note qu'il s'agit du "septième grand félin (trois lions et quatre tigres) en trois ans que les agents ONCFS découvrent chez des particuliers dans les régions Centre et Ile-de-France".