Pétition anti-corrida : le maire de Nîmes refuse de rencontrer Pamela Anderson

Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, a refusé, de rencontrer Pamela Anderson. L'actrice américaine voulait lui apporter une pétition contre la corrida.

Pamela Anderson devant la statue de Nimeno 2 à Nîmes pour dénoncer la corrida, le 21 juillet 2017.
Pamela Anderson devant la statue de Nimeno 2 à Nîmes pour dénoncer la corrida, le 21 juillet 2017. (MATHIEU LAGUANERE / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, a refusé de rencontrer Pamela Anderson qui voulait lui apporter une pétition contre la corrida, a rapporté France Bleu Gard Lozère, vendredi 8 septembre.

Une pétition à 520 000 signatures

La célèbre actrice d'Alerte à Malibu voulait lui apporter, avec l'Alliance anti-corrida, les signatures de 520 000 opposants. L'association avait sollicité un rendez-vous en août auprès du maire.

Une rencontre que Jean-Paul Fournier n'a pas estimé "nécessaire". Dans un courrier daté du 30 août adressé à Pamela Anderson, le maire a rappelé que les corridas se déroulaient dans le "célèbre amphithéâtre romain depuis le milieu du XIXe siècle." Selon lui, "elles sont des traditions fortement ancrées dans la culture des Nîmois et des Nîmoises" et elles ont "une grande importance dans l'activité économique et touristique de notre territoire".

La star déplore un "manque d'ouverture"

L'association Alliance anti-corrida, qui a révélé, jeudi, le refus du maire, a réfuté dans un communiqué l'argument historique de Jean-Paul Fournier : "Mélangeant allègrement feria et corrida dans sa réponse, le maire ajoute fallacieusement que des corridas se sont déroulées au XIXe siècle à Nîmes, écrit l'association. La mise en place des spectacles tauromachiques y a connu beaucoup de difficultés compte tenu de l'opposition vivace. Nîmes n'a vu que neuf saisons tauromachiques entre 1853 et 1891."

De son côté, Pamela Anderson a déploré "le manque d'ouverture" de la part d'un élu de la République.