Condition animale : "L214 est un mouvement extrémiste qui utilise des procédés malhonnêtes"

Le boucher Yves-Marie le Bourdonnec, installé à Paris, était l'invité de franceinfo samedi pour réagir à la marche mondiale organisée par l'association anti-viande L214 qui demande la fin des abattoirs. 

La boucher Yves-Marie Le Bourdonnec en 2012. 
La boucher Yves-Marie Le Bourdonnec en 2012.  (FRED DUFOUR / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

L214, l'association de défense des animaux, a organisé samedi 10 juin une marche mondiale à Paris pour réclamer la fermeture des abattoirs. Plus de 3 000 personnes étaient rassemblées place de la République pour demander "l'abolition de la viande". L'association s'est fait connaître par des vidéos sur les pratiques dans certains élevages et abattoirs.

Le boucher Yves-Marie le Bourdonnec, installé à Paris, a tenu à réfuter les accusations de mauvais traitements dans les abattoirs français. Pour lui "L214 est un mouvement extrémiste" qui "manipule" des images pour discréditer les abattoirs. "Dans leur grande majorité, les abattoirs français sont de très grande qualité qui travaillent avec un souci du bien-être animal", tient-il à souligner en précisant que "dénigrer la filière viande, c'est tirer sur l'ambulance."

franceinfo : Quel regard portez-vous sur les actions de L214 ?

Yves-Marie le BourdonnecL214 est un mouvement extrémiste qui utilise des procédés malhonnêtes pour véhiculer leurs idées en montrant des images d'abattage. Forcément, voir un animal abattu ce n'est pas beau à voir. C'est très facile de montrer des images volées et de les manipuler.

L214 a-t-elle eu le mérite de d'avoir mis de la condition animale sur la table ?

La grande majorité des abattoirs français sont de très grande qualité qui travaillent avec un souci du bien-être animal. Un animal qui serait mal traité à l'abattage serait confisqué ensuite et n'irai pas dans le système de la consommation. C'est absurde de penser que l'on puisse faire souffrir des animaux. Il y a eu des dérives, c'est vrai, mais elles ne sont l'image de ce qu'est l'abattage en France. Les grands abattoirs français sont de grande qualité. Ce sont des cliniques ou les animaux sont abattus de façon très efficace.

L214 avait dénoncé des pratiques dans un abattoir du Pays basque qui vous fournit de la viande pour Yves-Marie le Bourdonnec. Cela a-t-il changé quelque chose pour vous ?

Ils ne me fournissent pas directement. C'est une coopérative qui travaille avec eux. Il s'agissait d'un abattoir qui était en surproduction. Et comme tout outil en surproduction il se passe des choses qui ne vont pas. Mais cela ne stigmatise pas toute la filière. Aujourd'hui quand je travaille avec un éleveur, la première chose que l'on va faire c'est d'aller voir l'abattoir qui va travailler les animaux. Je suis très sensible à savoir de quelle façon ces abattoirs fonctionnent.

La méthode d'abattage a-t-elle une importance ?

Bien sûr. Il est très important de le faire de la façon la plus propre et efficace possible pour que l'animal ne souffre pas. Cela a une importance éthique et gustative. Si l'animal souffre, il y aura des problèmes sur la consommation de la viande. Un animal qui aura souffert à l'abattage sera saisi. Il ne passera pas dans la chaine alimentaire. Derrière ces abattoirs, il y a des éleveurs et des gens qui vivent de ce métier. L'homme est omnivore, carnivore. On n'arrêtera pas de manger de la viande. Je préfère militer pour une consommation plus raisonnée de la viande de qualité, et pour un élevage plus vertueux économiquement et écologiquement. Tout ce qui dénigre la filière viande, fait du mal à une filière qui est déjà très mal. C'est tirer sur l'ambulance que de vouloir stigmatiser l'élevage.

"L214 est un mouvement extrémiste qui utilise des procédés malhonnêtes", Yves-Marie le Bourdonnec, boucher à Paris, à franceinfo.

00:00-00:00

audio
vidéo